Champions Cup (J2) : Le Racing 92 n'a pas trouvé la solution face aux Harlequins

Champions Cup (J2) : Le Racing 92 n'a pas trouvé la solution face aux Harlequins©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 18 décembre 2022 à 20h23

A l'issue d'une rencontre disputée dans des conditions météorologiques compliquées, le Racing 92 a concédé face aux Harlequins une deuxième défaite en deux journées de Champions Cup (14-10).

Le Racing 92 a hypothéqué ses chances de bien figurer en Champions Cup. Après avoir été étrillé au Havre par le Leinster, les joueurs de Laurent Travers ont ramené le minimum de leur déplacement sur la pelouse des Harlequins. Dans un Twickenham Stoop copieusement arrosé par la pluie londonienne, c'est le club anglais qui a frappé le premier et très rapidement. En effet, au bout de seulement trois minutes, George Head a trouvé la faille dans une défense francilienne totalement désorganisée. Le pilier des Quins a vu l'ouverture et n'a pas hésité à plonger dedans la tête la première pour aplatir le premier essai de la rencontre, transformé par le futur joueur de Perpignan Tommaso Allan. Pas sonné, le Racing 92 a remis la main sur le ballon mais a dû attendre le quart d'heure de jeu pour débloquer son compteur. A la suite d'une faute de la défense des Harlequins, Finn Russell n'a pas manqué la cible.

Le Racing 92 devant à la pause

Les Londoniens ont alors poussé pour essayer de creuser l'écart mais leurs tentatives se sont avérées vaines, laissant leurs adversaires prendre confiance. De bonnes intentions franciliennes qui ont été concrétisées juste avant le retour aux vestiaires. Après avoir sorti le ballon d'une mêlée à cinq mètres, Teddy Iribaren a combiné avec Francis Saili qui s'est heurté aux barbelés dressés par les Harlequins. Toutefois, le ballon a pu ensuite être transmis par le demi de mêlée du Racing 92 qui a décalé Kitione Kamikamica. Le troisième-ligne, tout en puissance, a pu aplatir puis Finn Russell a permis à sa formation d'atteindre la pause avec trois longueurs d'avance. Dès l'entame du deuxième acte, les Harlequins ont haussé le ton et ça a fini par se matérialiser au bout de huit minutes. En sortie de mêlée, André Peter Esterhuizen a pu être trouvé par Danny Care qui, malgré le retour de la défense francilienne, a pu redonner l'avantage à sa formation. Le ciel est alors tombé sur la tête du Racing 92, qui a perdu Kitione Kamikamica pour la dernière demi-heure.

Les Harlequins ont su faire le nécessaire pour l'emporter

Pour un plaquage avec retournement faisant retomber son adversaire sur la tête, le troisième-ligne francilien a logiquement écopé d'un carton rouge. En supériorité numérique, les Harlequins avaient les armes en main pour prendre le large au tableau d'affichage mais les Londoniens ont manqué de tranchant. Une caractéristique qu'ils ont partagé avec leurs adversaires dans les dix dernières minutes. Malgré de longues minutes dans les 22 mètres londoniens, les joueurs de Laurent Travers ont balbutié leur rugby et n'ont pas profité de la pression mise sur leurs adversaires. La touche non trouvée par Warrick Gelant à cinq minutes de la sirène a été symptomatique de cette fin de match. A la dernière seconde, Tommaso Allan a eu l'opportunité d'ajouter trois points pour les Quins sur pénalité mais l'Italien a manqué la cible. Sur un dernier en-avant londonien, l'arbitre a mis un terme à la rencontre. Avec cette deuxième défaite en deux matchs (14-10), le Racing 92 se retrouve avant-dernier de la Poule A à mi-chemin, le point de bonus ramené du Stoop empêchant les Ciel-et-Blanc de partager la dernière place avec Castres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.