Troisième sacre pour les Springboks !

Troisième sacre pour les Springboks !©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le samedi 02 novembre 2019 à 11h56

Après 1995 et 2007, l'Afrique du Sud a remporté la troisième Coupe du Monde de rugby de son histoire, en battant l'Angleterre en finale ce samedi à Yokohama (32-12), après un match parfaitement maîtrise face à un XV de la Rose qui partait pourtant favori.



Ils avaient envoyé un message en remportant le Rugby Championship en août dernier. Désormais, les Sud-Africains ne sont plus seulement les maîtres de l'Hémisphère Sud, mais les maîtres du Monde ! Les Springboks ont remporté ce samedi la neuvième Coupe du Monde de rugby à Yokohama au Japon, en battant en finale l'Angleterre sur le score 32-12. C'est donc un troisième trophée pour la nation arc-en-ciel, déjà sacrée en 1995 à domicile, et en 2007 au Stade de France ! Battue lors de son tout premier match du Mondial par la Nouvelle-Zélande (23-13) dans ce qu'on imaginait être une finale avant l'heure, l'Afrique du Sud devient ainsi le premier pays à être sacré champion du monde en ayant perdu un match en route.

Un duel Pollard - Farrell en première période 

Au vu de sa magnifique victoire contre les All Blacks samedi dernier, c'est pourtant l'Angleterre qui partait favorite de cette finale, face à des Springboks qui n'avaient battu les Gallois que de trois points. Mais ce samedi, les hommes d'Eddie Jones n'ont quasiment pas existé et n'ont pas inscrit le moindre essai. Dominés en touche et en mêlée et très indisciplinés, les Anglais ont eu du mal à voir le jour. D'autant qu'ils ont perdu leur pilier droit Kyle Sinckler, victime d'un KO, dès la deuxième minute. Si les Anglais ont déçu, les Sud-Africains (privés de Bongi Mbonambi et Lood De Jager à la 22eme sur blessure) n'ont pas offert un rugby-champagne en première mi-temps non plus, et à la pause, le score était de 12-6 en faveur des hommes de Rassie Erasmus, avec seulement deux noms au tableau d'affichage, marqueurs sur pénalité : Handre Pollard (10eme, 26eme, 39eme, 40eme+3) et Owen Farrell (23eme, 35eme).


Mapimpi et Kolbe récompensent la domination sud-africaine

A la 50eme minute, alors que Pollard, le futur Montpelliérain, venait d'inscrire une nouvelle pénalité (15-6), Eddie Jones a tenté un coup tactique en faisant rentrer Henry Slade à la place de George Ford, et en replaçant Owen Farrell à l'ouverture. Le XV de la Rose en a profité pour revenir à -6 après de nouvelles pénalités (18-12). Et puis c'est tout... Car dans le dernier quart d'heure, l'Afrique du Sud a enfin converti sa supériorité avec des essais, signés Makazole Mapimpi (66eme), bien servi par Am, et par le Toulousain Cheslin Kolbe (74eme), auteur d'une magnifique action individuelle ! Le messe était dite pour les Anglais, totalement impuissant lors de cette rencontre, et qui finissent avec la médaille d'argent comme en 1991 et en 2007. Le XV de la Rose restera l'équipe qui a battu la meilleure équipe des dernières années, mais l'Afrique du Sud, pourtant au bord du gouffre il y a encore deux ans, était bel et bien la meilleure équipe de cette finale. Rendez-vous dans quatre ans en France !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.