XV de France/Jacques Brunel : " Faire un match complet "

XV de France/Jacques Brunel : " Faire un match complet "©Media365

Rédaction Sport365, publié le vendredi 18 octobre 2019 à 08h54

Après l'annonce de son XV de départ pour le quart de finale de Coupe du Monde face au pays de Galles, le sélectionneur des Bleus Jacques Brunel est revenu sur ses choix en conférence presse. Morceaux choisis.



Damian Penaud et Antoine Dupont titulaires

« S'il n'était pas remis, on ne l'aurait pas fait jouer. Il a eu une petite inflammation au niveau du pubis, on l'a laissé au repos, tout comme Antoine Dupont. On les a protégés, traités, et ils sont aujourd'hui à 100%. »

Le Roux titulaire

« On connait son activité, on l'a vue depuis le début de la compétition. J'aime ce profil de joueur qui est deuxième ligne et troisième ligne. Il a à la fois une grosse activité et il aime les zones d'affrontements, donc on profère le mettre plutôt sur le centre du terrain. »

Iturria sorti du groupe

« Notre équipe a beaucoup bougé, mais on a une troisième ligne qui s'est figée un petit peu et c'est celle qu'on présente ce week-end. Il nous semble que Grégory Alldritt, même s'il a montré beaucoup de capacités à s'adapter à travers les différentes étapes de sa carrière, a aujourd'hui encore des difficultés sur les fins de matchs, et on a privilégié l'apport physique de Louis Picamoles sur la fin de partie. »

L'annulation du match contre l'Angleterre, un problème ?

« C'est très difficile à dire. Ça a été un petit peu compliqué car il a fallu refaire tout un programme. Ne pas jouer pendant deux semaines, ça a entraîné un petit peu d'excitation. Les joueurs étaient sur un rythme, avaient besoin d'un rythme. On s'était préparé à faire trois matchs en dix jours, dans nos têtes, dans les compositions d'équipes, et ce rythme a été changé. J'espère qu'on a su bien profiter de cette période pour ne pas perdre cet enthousiasme, et gagner en fraîcheur certainement. »

Des joueurs plus libérés après avoir passé les poules ?

« Je ne sais pas s'ils seront libérés. Aujourd'hui, on connait l'enjeu, ce sont des match-couperet. On n'a pas envie de rentrer. Mais pour cela, il va falloir qu'on fasse un match complet. Jusqu'ici on n'a pas réussi à faire des matchs sur la durée. On rencontre une des trois meilleures équipes au monde, et qui a montré beaucoup de constance sur ses matchs de poules. C'est un sacré défi, mais si jamais on est capable d'avoir cette constance, on pense avoir notre chance. »

Complexe face aux Gallois (7 défaites en 8 matchs) ?

« Je peux vous parler des deux dernières défaites, et je n'ai pas senti que l'équipe avait des doutes quant à sa capacité à rivaliser avec l'adversaire et qu'elle se sentait beaucoup plus faible. C'était il y a six mois, un an. Chaque match à son scénario et sa vérité. »

Scénario du match

« On s'attend à un match identique à ce que les Gallois proposent à chaque rencontre. Ils ne vont pas changer de stratégie. Ils s'appuient sur un rideau défensif très fort, des individualités de qualité, une capacité à mettre la pression sur l'adversaire. Ce sera le même XV de départ que contre l'Australie, et sur les sept premières minutes ils avaient étouffé l'Australie, et c'est peut-être là qu'ils gagnent ce match, en les ramenant sans cesse dans leurs 22 mètres. On pense s'y être préparés. On l'a vu dans les derniers matchs face aux Gallois, on a la capacité de les mettre en danger quelques fois. On va jouer notre chance à fond. »

Potentiel dernier match

« Bien sûr que j'y pense, mais il ne faut pas que ce soit un frein, il faut que ce soit une motivation supplémentaire. Douze équipes sont déjà rentrées chez elle, dont certaines, on l'a vu dans notre poule, qui n'envisageaient pas ça. Nous, on est là. On est encore vivants, en train de préparer un match, avec le stress d'une rencontre. On a ce privilège-là. Il faudra beaucoup de courage, d'enthousiasme et de détermination. »

Biggar titulaire

« Chacun prend ses responsabilités. Si on était dans le cadre du championnat de France, deux commotions, c'est trois semaines. »

S'inscrire dans les pas de ses prédécesseurs

« On parle d'une équipe de France qui est moins bien, mais si on regarde dans la durée, on a toujours été en quarts de finale de Coupe du Monde, très souvent en demi-finales. Je voudrais qu'on s'inscrive dans cette ligne-là. Je sens à l'intérieur quelque chose de très positif, une osmose s'est créée depuis quatre mois entre les générations. J'espère qu'on va capitaliser là-dessus. »

Des problèmes en mêlée récurrents

« On a beaucoup travaillé ces derniers jours, tout le monde s'est mobilisé. La dernière fois que Jaco Peyper nous a arbitrés, il nous a pénalisés trois fois. J'espère qu'on montrera des bonnes indications sur ce secteur-là, que l'arbitre n'aura pas à nous sanctionner là-dessus. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.