Mondial 2023 : Coup dur pour la candidature française, devancée par l'Afrique du Sud

Mondial 2023 : Coup dur pour la candidature française, devancée par l'Afrique du Sud©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mardi 31 octobre 2017 à 12h32

L'Afrique du Sud préférée à la France pour organiser la Coupe du Monde 2023. Le rapport d'évaluation de World Rugby, rendu public ce mardi midi, a placé en deuxième position derrière le dossier sud-africain la candidature française au Mondial 2023 si chère à Bernard Laporte.

« Le conseil d'administration de la Rugby World Cup Limited (RWCL) a recommandé à l'unanimité au Conseil de World Rugby la sélection de l'Afrique du Sud en tant que pays d'accueil de la Coupe du Monde de Rugby 2023. Le Conseil de World Rugby se réunira le 15 novembre à Londres afin d'examiner cette recommandation et désigner le prochain pays d'accueil. Le conseil d'administration a formulé sa recommandation à la suite de l'examen détaillé du rapport d'évaluation complet du candidat. Conformément à la mission de World Rugby de mettre en place un processus de sélection innovant, rigoureux et entièrement transparent pour son événement phare, le rapport est publié aujourd'hui, comme convenu par le Conseil », explique l'instance mondiale dans son communiqué. Ce rapport tant attendu permettant d'avoir une idée à l'avance du grand favori à l'organisation de l'épreuve à deux semaines du vote final a notamment tenu compte de l'état des stades présentés par l'Afrique du Sud, pays rodé à l'organisation pour avoir déjà accueilli l'édition 1995 du Mondial. Pour obtenir le meilleur score sur ce rapport d'évaluation, le pays en question devait se classer premier d'un classement comprenant des critères aussi variés et capitaux à la fois que les stades et infrastructures capables d'accueillir un événement mondial majeur, les garanties du secteur public et privé, l'assurance de la réussite commerciale de l'événement et la solidité du modèle économique, le respect d'une vision stratégique qui engage et inspire un public national et international et contribue à l'expansion du rugby à tous les niveaux, l'assurance d'une environnement politique et financier stable qui respecte la diversité des parties prenantes de la Coupe du Monde ou encore un environnement géographique et climatique en adéquation avec le sport de haut niveau et la mobilité des supporters.

Un barème qui voit donc l'Afrique du Sud devancer pour le moment la France. « L'évaluation des dossiers détaillés a été menée par une équipe d'experts de World Rugby et d'experts externes. Le processus a été soutenu par une évaluation indépendante rigoureuse et une analyse de The Sports Consultancy pour assurer une objectivité basée sur des éléments précis et une application cohérente contre un ensemble de critères de notation équilibrés établis sur les objectifs de World Rugby, qui ont été approuvés par le Conseil et communiqués aux candidats », précise World Rugby, qui en profite pour tirer son chapeau une première fois au pays arrivé en tête de ce rapport d'évaluation. « L'évaluation complète et indépendante a réaffirmé que nous avions trois offres exceptionnelles, mais elle a également identifié l'Afrique du Sud comme étant clairement en avance sur plusieurs critères importants, ce qui est soutenu par le conseil d'administration dans sa recommandation. Je tiens à féliciter l'Afrique du Sud pour sa superbe candidature et toutes les équipes candidates pour leur dévouement et leur professionnalisme tout au long du processus jusqu'à présent. » Des louanges qui n'empêche pas Bernard Laporte de garder espoir de coiffer l'Afrique du Sud au poteau.

« France 2023 peut gagner », maintient le patron du rugby français dans un tweet des plus optimistes (naïfs ?) où il précise que la France arrive devant dans deux critères sur cinq et devance son rival sur le plan économique. « L'objectif est de convaincre sur les infrastructures et les stades d'ici le 15 novembre », assure Laporte, qui a ensuite publié à son tour un communiqué (transmis à l'AFP) pour faire part de son état d'esprit. « Aujourd'hui se dessine une finale entre la France et l'Afrique du Sud. C'est un nouveau match qui commence jusqu'au vote souverain du 15 novembre. Dans son rapport d'évaluation, RWCL place #FRANCE2023 en tête sur le critère principal : l'offre financière et les garanties. Cette première place conforte notre stratégie, qui est de sécuriser des ressources financières record (40% de plus qu'en 2015), nécessaires au développement du rugby mondial. Maintenant, nous devons rassurer les Fédérations votantes sur la qualité de nos infrastructures et de nos stades. Première destination touristique du monde, la France a les infrastructures pour accueillir dans d'excellentes conditions les équipes et les supporters du monde entier. Depuis l'Euro 2016 (de football), la France dispose de stades qui répondent aux meilleurs standards internationaux. Dans cette dernière ligne droite, nous sommes plus que jamais mobilisés et déterminés pour convaincre les Fédérations votantes que la France est la meilleure option pour la Coupe du monde 2023.» Pourtant, si l'affaire n'est pas encore officiellement pliée, elle en a tout l'air.
 
26 commentaires - Mondial 2023 : Coup dur pour la candidature française, devancée par l'Afrique du Sud
  • a force de jouer au apprenti sorcier on fini par se prendre les pieds dans le tapis les marabouts sud af l ont appris résultats COUPE DU MONDE envolee pour 2023 surtout que la derniere a eu lieu en europe ( angleterre ) et pan sur le bec

  • tant que le mafiosi Laporte sera à la tete de la FFR la france n'aura jamais l'organisation de la coupe du monde de rugby et si Laporte était inteligent il retirerait la candidature de la france pour l'organisation du mondial 2023

  • pas étonnant tant que Laporte sera à la tête avec ces magouilles cela ne me choque pas que la coupe du monde s'envole vers un autre pays.

  • Tant mieux,ça fera faire des économies,et,enplus laporte fermera son caquet.

  • La France dans les cordes après un bon coup sur la « cafetière » .. Et pourtant Attila l’anesthésiste ( Chabal) avait dit : « Je ne vois pas comment on peut perdre » ..
    Comme dans toutes décisions stratégiques il y a les avis officiels et surtout les avis cachés (ceux du panel des experts (!) de World Rugby)..

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]