Mondial 2019 : Découvrez les 37 joueurs retenus

Mondial 2019 : Découvrez les 37 joueurs retenus©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mardi 18 juin 2019 à 11h20

Le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel a dévoilé ce mardi au siège de la Société Générale à La Défense la liste des 37 joueurs (31 titulaires et 6 réservistes) retenus pour préparer la prochaine Coupe du Monde, au Japon (20 septembre au 2 novembre prochain).



Les 31 joueurs retenus pour préparer la Coupe du Monde au Japon
Jefferson Poirot (Bordeaux-Bègles), Dany Priso (La Rochelle), Camille Chat (Racing 92), Guilhem Guirado (Toulon, cap), Peato Mauvaka (Toulouse), Demba Bamba (Brive, Pro D2), Emerick Setiano (Toulon), Rabah Slimani (Clermont), Paul Gabrillagues (Stade Français), Felix Lambey (Lyon), Bernard Le Roux (Racing 92), Sébastien Vahaamahina (Clermont), Grégory Alldritt (La Rochelle), Yacouba Camara (Montpellier), Arthur Iturria (Clermont), Wenceslas Lauret (Racing 92), Louis Picamoles (Montpellier), Antoine Dupont (Toulouse), Maxime Machenaud (Racing 92), Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles), Camille Lopez (Clermont), Romain Ntamack (Toulouse), Geoffrey Doumayrou (La Rochelle), Gaël Fickou (Stade Français), Wesley Fofana (Clermont), Sofiane Guitoune (Toulouse), Yohann Huget (Toulouse), Maxime Médard (Toulouse), Damien Penaud (Clermont), Alivereti Raka (Clermont), Thomas Ramos (Toulouse).

Les 6 suppléants
Etienne Falgoux (Clermont), Charles Ollivon (Toulon), François Cros (Toulouse), Paul Willemse (Montpellier), Anthony Belleau (Toulon), Vincent Rattez (La Rochelle)

C'était dans l'air, Jacques Brunel l'a confirmé ce mardi en fin de matinée au siège de la Société Générale de La Défense : Mathieu Bastareaud ne sera pas de la Coupe du Monde au Japon. L'ex-homme de base de Jacques Brunel qui en avait fait son capitaine puis son vice-capitaine ne fait pas partie du groupe de 37 joueurs (31 titulaires et 6 suppléants) qui participera à la préparation estivale pour le Mondial sous la coupe du nouveau préparateur physique Thibaut Giroud et que le sélectionneur du XV de France (il ne le sera plus après le tournoi) a dévoilé ce mardi devant la presse à un peu plus de trois mois du jour J. « Sur un poste où il y a beaucoup de concurrence, notamment avec Sofiane Guitoune, qui a été très bon et a reproduit ses performances tout au long de l'année. Il y avait une concurrence et des critères à prendre en considération », s'est contenté d'expliquer Brunel. Relancé plusieurs fois sur le sujet par les journalistes présents, le Gersois, qui avait bien fait comprendre qu'il n'y aurait pas de passe-droit, a précisé qu'il n'avait pas prévenu Bastareaud au préalable (« Il n'y a pas de raison particulière d'avertir l'un ou l'autre). Il n'a pas masqué en parallèle son admiration pour le récent champion de France avec le Stade Toulousain Guitoune, qui, lui, sera du voyage. « Il a été blessé pendant deux ans, on le met au centre, ça marche bien, on a observé son parcours et il a maintenu son niveau, donc je ne vois pas comment ce garçon qui fait partie des meilleurs marqueurs du championnat ne pourrait pas faire partie de cette liste pour la Coupe du Monde. »

Les surprises Raka, Mauvaka et Setiano 

Un absent de marque (Uini Atonio, Virimi Vakatawa, Teddy Thomas et Morgan Parra ont eux recalé aux aussi) et plusieurs surprises. Tandis que « Basta » suivra la Coupe du Monde depuis son canapé, le staff des Bleus, renforcé par le futur sélectionneur Fabien Galthié, qui n'a rien d'un adjoint comme un autre, et Laurent Labit, a décidé de miser sur trois novices, en l'occurrence Alivereti Raka (Clermont), pourtant pas dans la forme de sa vie, Peato Mauvaka (Toulouse), qui n'était même pas titulaire au talon chez les champions de France en début de saison mais s'est mué en sensation de la fin de saison, et Emerick Setiano (Toulon), venu lui aussi coiffer au poteau des noms plus ronflants. « Raka a montré de belles qualités sur les deux dernières années, comme Penaud, ou Huget. Il a des qualités au-dessus de la moyenne (...) Mauvaka, son histoire est incroyable. Il est arrivé au gré des blessures au Stade Toulousain. Moi-même, je ne le connaissais pas vraiment et il s'est révélé totalement, avec cette capacité à se déplacer, à gagner les duels (...) Setiano correspond lui aussi au profil de joueurs que l'on a retenu en fonction du projet et de l'ambition du jeu que l'on veut mettre en place, avec du mouvement, de l'activité et de la réactivité. Il a ce profil, il a montré du caractère et s'est imposé à un poste. C'est la bonne surprise et on espère comme pour Mauvaka qu'il sera la révélation du tournoi. »

Iturria finalement partant 

Au sein de ce groupe de 31 appelés majoritairement composé de Clermontois et de Toulousains, qui sera « le groupe qui partira à condition qu'il n'y ait pas de blessure, mais aussi en fonction des objectifs que l'on va donner à chacun en termes d'implication physique notamment » et a été « rajeuni avec beaucoup de joueurs de 25 ans et moins mais aussi des joueurs d'expérience dans toutes les lignes, donc avec un bon équilibre », à noter par ailleurs la présence de Maxime Iturria. Ce dernier semblait pourtant avoir perdu toutes chances d'être au Japon après s'être blessé pendant l'échauffement, samedi dernier lors de la finale du Top 14 contre Toulouse. Cependant, le troisième ligne clermontois fait bien partie des joueurs retenus. « Il a une blessure à l'insertion qui nécessite cinq six semaines, selon l'évolution, a indiqué Brunel, étonné de voir certains journalistes posséder des informations toutes autres concernant le joueur. Il faudra peut-être aménager son travail, mais c'est un garçon sur lequel on compte. » Dans le pire des cas, François Cros et Charles Ollivon seront là pour le suppléer. « Ollivon a montré de belles qualités, il a un profil particulier, il est très grand, très adroit, aérien. Il peut être un atout et si jamais il n'arrive pas à intégrer le groupe des partants, ce sera l'opportunité de lui redonner de l'élan, car c'est un espoir. » Jefferson Poirot et Demba Bamba, un temps incertains, figurent eux aussi parmi les 31 noms. Avec des horizons bien différents pour les deux joueurs. « Poirot aurait très bien pu rejouer les deux derniers matchs de la saison, il est totalement remis (...) Bamba a été opéré, il y aura l'avis du chirurgien qui interviendra, on pense qu'il sera apte à reprendre avant le départ pour le Japon et qu'il pourra suivre la préparation normalement, les contacts en mêlée exceptés. On ne pouvait pas ne pas lui donner la possibilité de faire cette Coupe du Monde. »

Le retour de Machenaud

Un Mondial que manquera en revanche Morgan Parra. Mais il avait filtré depuis un moment que le numéro 9 de l'ASM serait privé de sa troisième Coupe du Monde. Sans savoir si la blessure à la cheville gauche qui le rend indisponible actuellement constitue ou pas la seule raison de son absence. « Il aurait fait partie des choix », se contente de répondre Brunel, bien plus enthousiaste au moment d'évoquer le cas Maxime Machenaud, alors que ce dernier, recalé de la dernière Coupe du Monde par le sélectionneur de l'époque Philippe Saint-André et qui avait connu ensuite une saison compliquée avec le Racing 92, n'avait pas été convoqué pour le Tournoi des 6 Nations. « C'est un buteur très efficace », se félicite Brunel. Pas de débat non plus en ce qui concerne l'ouverture, où Camille Lopez apparaissait comme le seul indiscutable aux yeux de l'entraîneur à moustache. « Le seul qui joue régulièrement à l'ouverture, c'est Lopez. Les autres (Ntamack et Dupont), ils jouent de temps en temps et ne sont pas des titulaires indiscutables, car on a beaucoup d'ouvreurs comme de piliers droits étrangers en France. »

Le Roux suspendu mais présent malgré tout

Des ouvreurs et des piliers droits étrangers, et un Franco-Sud-Africain en deuxième ligne, puisque l'homme fort des Bleus qui ne le sera plus une fois la page japonaise tournée a tenu à appeler Bernard Le Roux malgré sa suspension de six matchs, qui lui fera manquer une grande partie des matchs de préparation pour ne pas dire les trois (en marge du stage en Côte d'Azur de fin juillet et de celui de Valence début août, le XV de France disputera trois matchs de préparation contre l'Ecosse à deux reprises et l'Italie). « On a une grande confiance en lui. C'est un garçon au profil intéressant. Il a un potentiel de troisième ligne en deuxième ligne et ça, on aime bien, car c'est un garçon capable d'avoir de l'activité, qui est fort au contact. Sa sanction de six matchs m'a semblé sévère. On prend le risque d'avoir seulement trois joueurs en deuxième ligne (pour les matchs de préparation). Il ne participera pas aux matchs de préparation, mais il sera prêt. » Pour savoir s'il fera partie des 31 joueurs de la liste définitive de Jacques Brunel, Guilhem Guirado, qui reste le capitaine du XV de France, compris, il faudra en revanche attendre le mois prochain et le second verdict. Le premier permet d'y voir toutefois déjà beaucoup plus clair.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.