Coupe du Monde 2023 : " Une grande fête " espérée par le patron du Comité d'Organisation

Coupe du Monde 2023 : " Une grande fête " espérée par le patron du Comité d'Organisation©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 13 décembre 2020 à 22h55

A la veille du tirage au sort de la Coupe du Monde 2023, Claude Atcher est revenu sur ses ambitions pour le tournoi.



La Coupe du Monde 2023 va démarrer ce lundi. A la mi-journée, dans le cadre exceptionnel du Palais Brongniart de Paris, les douze équipes qualifiées ainsi que les huit qui les rejoindront à l'issue des qualifications connaîtront leurs adversaires pour la phase finale programmée du 8 septembre au 21 octobre 2023 dans l'Hexagone. « C'est un moment important, l'acte fondateur de la Coupe du Monde sur le plan du programme sportif puisque nous connaîtrons les oppositions dans les quatre poules, a confié dans un entretien accordé à Rugbyrama, le patron du Comité d'Organisation Claude Atcher. Cela va nous permettre de prendre un mois, un mois et demi, pour finaliser le calendrier et notamment l'identification des matchs dans chacune des villes. Nous rentrons sur le terrain, nous rentrons dans le match. » Un tirage au sort pour lequel le Président de la République Emmanuel Macron sera présent.

Atcher : « Nous allons faire de cet événement une grande fête »

Pour Claude Atcher, cette cérémonie doit donner le ton de ce que sera la Coupe du Monde en France dans un petit peu moins de trois ans, avec un écho particulier en raison de la crise sanitaire que le monde traverse. « Je ne dis pas que ce qui s'est passé avant n'était pas important mais c'est l'occasion pour nous de faire la promesse que dans trois ans, nous allons faire de cet événement une grande fête, avec du partage et des stades pleins, ajoute ce dernier. On doit pouvoir aller au stade avec ses potes, boire des bières, sortir de ce moment particulièrement pénible que nous connaissons aujourd'hui. » Un tirage au sort qui va permettre de connaître plusieurs des affiches du XV de France, qui aura droit à un programme itinérant. « Si nous voulons faire la promotion de l'événement, c'est notre intérêt de la déplacer. Ensuite, les critères budgétaires en matière de potentiel de recettes seront associés à la jauge des stades, ajoute Claude Atcher. Nous savons qu'elle jouera son premier match au Stade de France, c'est la règle. Et potentiellement, en fonction de ses adversaires après le tirage au sort, elle jouera au moins deux de ses matchs dans des stades à forte capacité. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.