Stade Français

Stade Français : Stassen suspendu deux à quatre ans ?

Stade Français : Stassen suspendu deux à quatre ans ?©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le 23 juillet

L'Equipe révèle ce mardi que la contre-expertise de l'échantillon B d'Hendré Stassen a confirmé le contrôle positif du Sud-Africain, qui a été informé de la nouvelle lundi. Le troisième ligne du Stade Français devrait donc être suspendu entre deux et quatre ans.

L'étau se resserre autour d'Hendré Stassen (21 ans). Lundi, le jeune joueur sud-africain aux qualités d'endurance décrites comme au-delà de la norme, aurait appris dans la soirée que la contre-expertise de l'échantillon B aurait confirmé son contrôle positif à la testostérone, révèle L'Equipe ce mardi. Suspendu provisoirement le 10 juillet dernier après avoir été prévenu par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) que son contrôle en question présentait un résultat anormal, Stassen devrait donc écoper d'une suspension de quatre ans dans le pire des cas, de deux ans dans le moins sévère. Le troisième ligne du Stade Français avait fait l'objet d'un contrôle antidopage le 19 mai dernier à l'issue du match opposant son équipe à Montpellier dans l'Hérault (victoire 40-25 du MHR). Le joueur de 21 ans avait immédiatement demandé la contre-expertise. A en croire L'Equipe, il aurait déchanté lundi soir en apprenant qu'il avait bien été contrôlé positif à la testostérone et que le taux, trop élevé, ne pouvait aucunement avoir été secrété naturellement par le corps du Sud-Africain.

Deux possibilités pour Stassen, premier cas de dopage depuis Ralepelle en 2014

Ce qui signifie que le taux ne peut venir que d'un apport extérieur, qu'il soit intentionnel ou pas. Le Sud-Africain a donc été reçu ce mardi par l'AFLD, qui lui a confirmé sa suspension à titre provisoire. Une suspension qui pourrait ensuite s'étendre à deux ou quatre ans. Le natif de Boksburg (Afrique du Sud), arrivé dans la Capitale en octobre dernier en qualité de joueur supplémentaire, disposera alors de deux alternatives : reconnaître sa faute (et éventuellement tenter de réduire la suspension en plaidant la prise accidentelle) ou contester le résultat de la contre-expertise, et donc la sanction, tout en sachant qu'il resterait suspendu provisoirement pendant le temps de la procédure. Un coup dur pour le Stade Français, Stassen lui-même et le Top 14, qui n'avait plus connu pareil cas de dopage depuis celui d'un autre Sud-Africain Chiliboy Ralepelle, contrôlé positif à la nandrolone en 2014 (et récidiviste depuis) alors qu'il évoluait sous les couleurs de Toulouse. Ralepelle avait été suspendu deux ans à l'époque par la Fédération internationale. Pour Stassen, l'addition pourrait s'avérer plus salée encore.

Communiqué du Stade Français

"Le 10 juillet 2019, Hendré STASSEN a été suspendu à titre provisoire par l'Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD) à la suite d'un contrôle inopiné effectué lors du match Montpellier / Stade Français Paris le 19 mai 2019.

Les résultats de la contre-expertise effectuée le 18 juillet (sur l'échantillon B du prélèvement) à la demande d'Hendré Stassen ont été communiqués à ce dernier le lundi 22 juillet et ont confirmé le résultat positif du premier échantillon. En conséquence, l'AFLD a maintenu la suspension à titre provisoire d'Hendré Stassen.

Compte tenu de la démarche et des actions engagées par l'AFLD, le Stade Français Paris a décidé de la mise à pied de son joueur à titre conservatoire et a entamé une procédure disciplinaire à son encontre.

La Direction du club prendra les décisions qui s'imposeront à l'issue de la procédure et de ses conclusions."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.