Castres

Top 14 (J1) : Bayonne réalise l'exploit face au Racing 92, Lyon enfonce le Stade Français, Toulon facile

Top 14 (J1) : Bayonne réalise l'exploit face au Racing 92, Lyon enfonce le Stade Français, Toulon facile©Panoramic, Media365

, publié le 24 août

Alors que Toulon et Lyon ont démarré la saison par des cartons, Bayonne a créé la surprise en allant chercher une victoire surprise sur la pelouse du Racing 92.


Racing 92 - Bayonne


Le Racing 92 nouvelle formule débute par un véritable camouflet face à Bayonne ! Pourtant, les joueurs de Laurent Travers, désormais seul aux commandes après le départ de Laurent Labit pour prendre place dans le staff du XV de France, ont lancé en fanfare la rencontre. À la suite d'une remontée de balle initiée par Chavancy, Iribaren sort le ballon d'un regroupement pour lancer la recrue Tanga, qui ne manque pas ses débuts. Mais les Racingmen n'ont pas eu le temps de se reposer sur leur lauriers. L'ancien Parisien Djibril Camara a mis au supplice la défense francilienne, éliminant quatre défenseurs pour offrir l'essai à Michael Ruru. A la mi-temps, grâce à un essai signé de l'inévitable Juan Imhoff et une pénalité de Teddy Iribaren, le club des Hauts-de-Seine pouvait légitimement se sentir à l'abri grâce à un avantage de dix longueurs. Mais le problème, c'est que le champion de Pro D2 n'était pas venu pour s'incliner sans rien faire ! L'indiscipline des coéquipiers de Jordan Joseph a été payée cher car trois pénalités de Romain Barthélémy en douze minutes ont réduit à néant l'avantage du Racing 92. Le carton jaune reçu par Yoan Tanga dans la foulée n'a pas aidé les Franciliens à résister et Aymeric Luc en a profité pour conclure victorieusement un mouvement collectif de grande ampleur. Hassane Kolingar est également allé retrouver le banc puis Romain Barthélémy a scellé le sort de la rencontre, le baroud d'honneur du Racing 92 se terminant à un mètre de la ligne. Bayonne s'impose donc à la surprise générale (17-24) et signe un retour probant dans l'élite quand le Racing 92 est déjà renvoyé à ses chères études.

Castres - Montpellier


Comme lors de la finale 2018, Castres a su maîtriser Montpellier mais l'indécision a perduré jusqu'au bout. Le MHR a pourtant lancé le match avec l'essai de Timoci Nagusa en coin mais les Héraultais se sont mis à la faute bien trop souvent pour espérer garder l'avantage au score. En effet, Rory Kockott s'est attelé à marquer quatre pénalités en moins d'un quart d'heure pour installer le CO aux commandes mais ce sont bien les joueurs de Montpellier qui ont retrouvé les vestiaires avec l'avantage au score. Pour cela, Aaron Cruden a réussi une pénalité avant que Caleb Timu ne prolonge vers l'en-but un mouvement de Timoci Nagusa. Un avantage qui n'aura pas duré plus de huit minutes en deuxième période, Jody Jenneker égalisant en sortant le ballon d'un maul qui a su progresser. Aaron Cruden a redonné l'avantage à un MHR qui s'est sorti sans dommage d'une double infériorité numérique. Mais la tendance à l'indiscipline des joueurs de Vern Cotter s'est manifestée à nouveau dans le dernier quart d'heure du match avec Julien Dumora qui n'a pas laissé passer l'occasion d'ajouter trois pénalités pour donner six points d'avance à Castres. La dernière charge montpelliéraine a fonctionné avec Gabriel Ngandebe qui est allé inscrire un dernier essai à l'ultime seconde mais Aaron Cruden, en coin, a manqué la transformation et offert sur un plateau la victoire au CO (26-25). Les Montpelliérains peuvent se consoler avec le point de bonus défensif.

Agen - Toulon


Toulon lance sa saison en force. Sur la pelouse d'Agen, il n'a pas fallu un quart d'heure au RCT pour débloquer son compteur par l'intermédiaire de Mamuka Gorgodze, qui s'est offert un doublé en deuxième période. Léo Berdeu a maintenu à flots le SUA pendant la première demi-heure avant que les Toulonnais ne creusent irrémédiablement l'écart. Après une deuxième pénalité signée Louis Carbonel, c'est un ancien de la maison agenaise qui s'est signalé. Arrivé sur la Rade cet été, Julien Hériteau s'est signalé avec un essai à cinq minutes de la mi-temps, auquel Mathieu Lamoulie a répondu juste avant la sirène pour laisser un minimum de suspense dans cette première sortie à domicile du SUA. Mais, en l'espace de dix minutes, le RCT a mis les points sur les « i ». Julien Hériteau y est allé de son doublé avant que Théo Dachary n'aggrave la marque puis que Mamuka Gorgodze ne fasse de même. L'écart était fait mais les cartons jaunes coup sur coup pour Daniel Ikpefan et Corentin Vernet ont fragilisé l'ensemble toulonnais, ce dont a parfaitement tiré parti Mathieu Lamoulie en inscrivant le deuxième essais des joueurs du club du Lot-et-Garonne. Morgan Phelipponneau a également vu l'arbitre sortir le carton jaune. Une infériorité numérique moindre qui a redonné un peu d'air à l'équipe toulonnaise, Julian Savea en profitant pour ajouter un sixième essai et consolider le bonus offensif pour le RCT. Johann Sadie a inscrit trop tardivement un troisième essai agenais pour éviter au club varois de repartir avec cinq points au classement. Une large victoire (25-44) pour le club du président Mourad Boudjellal qui pourrait annoncer un vent de renouveau sur la Rade alors qu'Agen débute la saison avec un coup dur qui ne doit pas devenir un premier coup d'arrêt.

Lyon - Stade Français Paris


Lyon ne veut pas redescendre de son nuage ! Le demi-finaliste de la saison dernière a lancé ce nouvel exercice en se montrant sans pitié avec un Stade Français Paris bien loin du compte. Si les joueurs d'Heyneke Meyer ont ouvert le score au pied par l'intermédiaire de Morné Steyn, les vagues rhodaniennes se sont multipliées dans le Matmut Stadium de Gerland. En huit minutes, les Lyonnais se sont assurés du point de bonus offensif à l'occasion de cette première journée. Toby Arnold puis Noa Nakaitaci en force ont mis à genou la défense parisienne avant que Thibaut Regard ne corse l'addition. L'ouvreur du club de la Capitale a assuré au pied mais c'était bien trop insuffisant pour combler les carences mise en exergue sur la pelouse de Gerland. Juste avant la mi-temps, Mickaël Ivaldi a ajouté un quatrième essai. La deuxième période n'a pas vu le LOU baisser de pied, bien au contraire. Pierre Mignoni a rapidement lancé Mathieu Bastareaud face à son ancien club et bien au poste de troisième-ligne centre à la place de Carl Fearns. Et la puissance de l'ancien Toulonnais a beaucoup apporté au pack lyonnais, qui a souvent mis en difficulté celui du club parisien. Si Morné Steyn a rapidement réduit l'écart, les joueurs du club rhodanien ont ajouté deux essais face à une défense parisienne loin d'être au point. Le premier a été signé Xavier Mignot avant que Noa Nakaitaci n'y aille de son doublé en conclusion d'un travail de Thibaut Regard dans l'axe. Hamza Kaabeche a encore une fois aggravé le score. Au sortir de cette large victoire bonifiée (43-9), le LOU ressort avec des certitudes quand le Stade Français Paris s'enfonce déjà dans le doute, lui qui sort d'une saison bien difficile.

Pau - Brive


Même à quatorze, Pau a répondu présent. La Section est, en effet, passée par toutes les émotions dans les 20 premières minutes de son duel face à Brive, qui fait son retour dans l'élite après une saison en Pro D2. Si Atila Septar a aplati le premier essai au quart d'heure de jeu en conclusion d'un mouvement offensif lancé par Quentin Lespiaucq après avoir résisté à deux plaquages, le club palois a vu l'arbitre sortir le carton rouge à l'encontre de Matthieu Ugena, qui a mis le coude au niveau du cou de Julien Blanc sur un plaquage. La révision vidéo a convaincu l'arbitre d'une telle sanction. Mais cette supériorité numérique, les Brivistes n'en ont quasiment pas profité dans un premier temps, comme s'ils étaient inhibés par cet avantage avec une domination stérile dans le jeu. Après deux pénalités d'Antoine Hastoy, le pilier briviste Simon-Pierre Chauvac a trouvé la faille dans la défense de la Section en sortie de touche et après un ballon porté pour ramener le CABCL à six longueurs. Mais, juste avant le repos, l'ouvreur palois a ajouté trois points supplémentaires. Au retour des vestiaires, Julien Fumat a redonné un peu d'air au club recevant sur une offrande de Charly Malié mais la pression de l'attaque briviste a fait son œuvre petit à petit. Après une mêlée à cinq mètres de la ligne paloise, le ballon ressort et, malgré les barbelés sortis par les joueurs de la Section, Richard Fourcade a été parfaitement lancé pour percer le rideau défensif et aplatir l'essai de l'espoir. Un espoir qui s'est très rapidement affadi car, pour la même faute que Matthieu Ugena, Joris Jurand a également été expulsé. Un carton rouge qui a totalement fait sortir les Brivistes du match, Samule Marques puis Antoine Hastoy allant marquer coup sur coup deux essais pour Pau, qui signe un large succès (35-14) qui, au vu du début du match, n'était pas une évidence. Brive, de son côté, sait désormais que l'efficacité offensive sera un axe de travail prioritaire pour espérer rester en Top 14.

>>>Revivez le multiplex en cliquant ici

TOP 14 / 1ERE JOURNEE
Samedi 24 août 2019
Racing 92 - Bayonne : 17-24
Castres - Montpellier (BD) : 26-25
Agen - Toulon (BO) : 25-44
Lyon (BO) - Stade Français Paris : 43-9
Pau - Brive : 35-14
20h45 : Bordeaux-Bègles - Toulouse

Dimanche 25 août 2019
16h50 : Clermont - La Rochelle

Vos réactions doivent respecter nos CGU.