World Rugby : Les essais à la base des poteaux interdits

World Rugby : Les essais à la base des poteaux interdits©Media365
A lire aussi

Dimitri Ferrero, publié le mercredi 13 mai 2020 à 14h00

La Fédération internationale de rugby vient d'officialiser la suppression des essais aplatis à la base des poteaux.

Dans le rugby moderne, les règles sont en constante évolution. Et l'une d'entre elles vient d'être définitivement supprimée. World Rugby a annoncé qu'il n'était désormais plus possible d'inscrire un essai aplati à la base des poteaux. Cette modification avec effet immédiat a été approuvée lors d'une réunion qui a eu lieu ce mardi. World Rugby a avant tout pris cette décision dans le but de protéger les 30 acteurs. « Les défenseurs étant actuellement tenus de rester derrière la ligne d'en-but - et compte tenu que la taille et la forme des protections autour des poteaux de but évoluent pour des raisons de sécurité - il est de plus en plus difficile pour les équipes de défendre cette zone. Dans certains cas extrêmes, les protections autour des poteaux ont parfois été soulevées, voire retirées par les équipes en défense, laissant apparaître les poteaux sans protection et par conséquent augmentant le risque de blessure. »

Nigel Owens approuve



Si certains joueurs pouvaient essayer de soulever les protections autour des poteaux pour éviter que leur adversaire aille inscrire un essai à la base de ses derniers, il était d'autant plus difficile (voire impossible) de défendre dans ces situations. Les équipes qui devaient défendre étaient obligées de se placer derrière la ligne d'en-but, à moins de se mettre en position de hors-jeu. Une suppression qui a réjoui certains acteurs du jeu. L'arbitre international, Nigel Owens, a souhaité réagir à cette nouvelle sur son compte Twitter : « C'est une excellente décision. Je le dis depuis un moment. Il est pratiquement impossible de défendre avec des protecteurs de poteau si gros de nos jours. Bien joué » a ainsi tweeté l'arbitre gallois ce mardi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.