World Rugby : Le cumul des mandats ne sera pas un problème pour Bernard Laporte

World Rugby : Le cumul des mandats ne sera pas un problème pour Bernard Laporte©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 05 février 2020 à 11h38

Alors qu'il brigue un deuxième mandat à la tête de la FFR, Bernard Laporte a confirmé son ralliement à Bill Beaumont dans la course à la présidence de World Rugby, avec un poste de vice-président à la clé.

Bernard Laporte veut être quelqu'un qui compte dans le rugby mondial. Actuellement président de la Fédération Française de rugby, dont il briguera un deuxième mandat à la fin de l'année face à une liste menée par Florian Grill et soutenue par Guy Novès, l'ancien entraîneur du XV de France est également vice-président du Comité des 6 Nations, qui gère le Tournoi du même nom. Mais, à ces deux fonctions, Bernard Laporte est prêt à en ajouter une troisième, celle de vice-président de World Rugby. En effet, le natif de Rodez a récemment rejoint Sir Bill Beaumont dans son entreprise de réélection à la tête de l'instance mondiale du rugby à XV et à VII. A la question de savoir s'il pourra tout mener de front, le président de la FFR ne s'inquiète pas. « Oui, ça va me demander plus de temps. Mais j'en ai, rassure dans les colonnes du quotidien L'Equipe celui qui est également chroniqueur à la télévision. Le jeu en vaut la chandelle. C'est important que la France soit positionnée à ces postes-là. »

Laporte assure s'être « rangé derrière l'institution »

Avant de s'engager officiellement aux côtés de Sir Bill Beaumont, Bernard Laporte a été courtisé par Agustin Pichot. L'Argentin, actuel vice-président de World Rugby, veut s'émanciper de la figure anglaise et a présenté sa candidature à la présidence en solo. Mais, au moment de faire son choix, Bernard Laporte a confié avoir suivi le conseil des autres membres du Comité des 6 Nations. « On a fait une réunion des Six Nations au Japon. Au sein de ce comité, on a parlé de solidarité, et l'intérêt général est mis en avant, ce qui me plait, confie le patron du rugby français. Comme il se murmurait que je risquais de m'engager avec Agustin, les dirigeants des Six Nations m'ont dit : 'On est dans un moment de reconsolidation et on souhaite que tu partes avec Bill Beaumont'. Moi, je dois me ranger derrière l'institution et ne pas jouer ma carte personnelle. » Une collaboration franco-anglaise qui, selon Bernard Laporte, concernerait principalement des « idées sur le jeu, sur les aspects techniques ». Si le président de la FFR arrive à ses fins, le rugby français serait au cœur de l'échiquier du rugby mondial.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.