La bagarre des Bleus a laissé des traces

La bagarre des Bleus a laissé des traces©Panoramic

6Medias, publié le lundi 12 février 2018 à 21h18

Déjà accablés par les défaites, les joueurs du XV de France sont depuis 24 heures au cœur d'une sombre histoire extra-sportive. Ce lundi, alors qu'ils s'apprêtaient à quitter Edimbourg, où ils ont affronté l'Ecosse dimanche dans le Tournoi des 6 Nations (32-26), sept d'entre-eux ont été retenus par la police locale pour témoigner sur une accusation de bagarre et d'agression sexuelle présumée avec des supporters.

Anthony Belleau (Toulon), Jonathan Danty (Stade Français), Yacouba Camara (Montpellier), Félix Lambey (Lyon), Louis Picamoles (Montpellier) et Rémi Lamerat (Clermont) ont ainsi été entendus pendant plusieurs heures.



Si la police écossaise a indiqué dans un second temps qu' « aucun crime n'a été commis », le mystère reste entier sur cette soirée visiblement très arrosée. A leur arrivée à l'aéroport d'Orly en fin d'après-midi, le reste du groupe tricolore semblait ainsi particulièrement tendu. « L'odeur du sang vous attire », a lancé un joueur aux journalistes présents rapporte Eurosport. Si le Président de la Fédération Française de Rugby Bernard Laporte a tenté de désamorcer l'affaire en déclarant « ce n'est pas méchant », deux joueurs portaient visiblement les stigmates d'un accrochage. Toujours selon les informations d'Eurosport, le Clermontois Arthur Iturria avait une compresse au niveau du nez, laissant suspecter une fracture. Le Castrais Geoffrey Palis arborait quant à lui un pansement au niveau de l'arcade.

Les prochaines heures devraient permettre de faire le jour sur cette affaire. En 2009, l'équipe de France avait fait la Une de l'actualité à l'occasion d'une bagarre en Nouvelle-Zélande mêlant Mathieu Bastareaud. Le premier ministre de l'époque, François Fillon, avait été obligé de présenter des excuses officielles à son homologue néo-zélandais.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU