L'affront fait à Bernard Laporte

L'affront fait à Bernard Laporte©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le mardi 07 mars 2017 à 19h43

C'était la mesure forte de son mandat. Bernard Laporte l'avait martelé tout au long de sa campagne, la priorité, c'est l'équipe de France.

Pour y arriver, le nouveau président de la Fédération française de rugby comptait s'inspirer du modèle irlandais, et faire salarier les joueurs sélectionnables par la FFR. Il avait annoncé sa mesure choc le 26 février dernier, et avait assuré que les joueurs y étaient favorables. Problèmes : les clubs y sont presque tous opposés...

A peine annoncée, la mesure semble donc presque enterrée. Ce mardi 7 mars, la Ligue nationale de rugby, qui gère le Top 14, a publié un communiqué soulignant sa "totale opposition au principe" de ces contrats, qui prévoiraient que les joueurs soient à disposition de l'équipe de France 6 mois par an. Douze présidents des quatorze clubs du championnats ont également signé ce communiqué. Seuls Mourad Boudjellal, le président de Toulon, et Francis Salagoïty, président de Bayonne, ne se sont pas opposés à cette mesure.

Pour les opposants, ces contrats fédéraux vont bouleverser le championnat et son modèle économique : "Ce projet (...) n'est en rien nécessaire à la recherche de l'optimisation des conditions de préparation de l'équipe de France. Il est de plus en complète contradiction avec les accords en vigueur et désorganiserait le rugby professionnel français".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU