Fusion : Bernard Laporte prêt à tout faire capoter

Fusion : Bernard Laporte prêt à tout faire capoter

6Medias, publié le vendredi 17 mars 2017 à 19h44

Il pourrait bien tout empêcher. Bernard Laporte s'oppose fermement au projet de fusion entre le stade Français et le Racing 92.

Lors de la réunion d'urgence la Fédération Française de rugby dont Bernard Laporte en est son son dirigeant a confié être "choquée d'apprendre par voie de presse le projet amenant à la disparition d'un des deux plus grands clubs de rugby". La FFR a donc "très clairement exprimé son opposition à ce projet qu'elle considère comme étant contre-nature".La veille, Henri Mondino, le vice-président de la FFR en charge de la réforme territoriale avait très clairement annoncé à TV Sud : "Un certain nombre de de statuts et de règlements nous autorisent à empêcher les choses", puis l'élu poursuit affirmant : "Nous connaissons bien Bernard Laporte. Je crois que sa déclaration ira dans ce sens-là. Venir devant la presse annoncer un rachat d'un club, ce n'est pas nos méthodes. La méthode est brutale, elle est en dehors des valeurs que prône notre Fédération".



La réunion d'urgence prévue à la Ligue nationale de rugby avait pour objectif de discuter de la fusion entre les deux entités mais également de discuter de la grève illimitée votée par les joueurs du Stade Français pour protester contre ce projet.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
37 commentaires - Fusion : Bernard Laporte prêt à tout faire capoter
  • a mon humble c'est une logique financiere economique!! la famille savare est peut fatiguee d'investir a fonds perdus!!! juste une hypothese!!

  • Stade FRANCAIS

    Tout le monde se doute, depuis l'interview de l'ex proprio de ce club dans l'Equipe, que beaucoup de personne cherche une autre solution.
    Un rachat par une autre entité ou même un autre pays.
    Dans ce cas, j'espère qu'ils ne céderont pas les droits d'exploitation du nom de leur club.
    Stade QATARI, ça sonne bien aussi

  • Putain" quand une entreprise qui produit fusionne" on n'en fait pas autant. Qui pense aux ouvriers payés au SMIG? La dans ce cas si les présidents sont propriétaires de leur club il font ce qu'ils veulent avec leur fric, Les joueurs cotisent-ils à la caisse chômage? Si oui ils feront comme tous ceux qui sont licenciés et dont personne ne se soucie. Ceux qui n'auront pas leur place dans le nouveau club n'auront qu'à demander des postes à la place des étrangers dans le top 14. Et peut-être que là l rugby ressemble à a un sport national et l'équipe de France pourra en profiter

  • Bizarre toutes ces réactions. On peut comprendre la colère des joueurs, leur avenir professionnel étant en jeu, néanmoins il faut savoir ce que l'on veut, soit de grands clubs avec des stades pleins, soit des équipes qui jouent devant des stades au trois-quart vides, comme à Paris, ce qui finira par lasser investisseurs, téléspectateurs, annonceurs et télévisions, le Rugby n'est pas le foot. Quel investisseur va de mettre de l'argent sans retour à plus ou moins long terme sur investissement? C'est bien gentil d'entendre des journalistes sur l'équipe TV, dont le Rugby n'est pas leur tasse de thé, asséner que Lorenzetti ou Savare n'ont qu'à mettre de l'argent puisqu'ils en ont les moyens pour continuer comme çà , s'il n'y a qu'une équipe de foot pro à Paris, il y a bien une raison. Le développement du Rugby passe par de grands clubs structurés remplissant les stades et attirant investisseurs et annonceurs.Les anglais l'ont compris et un club, les WASPS, il me semble, est parti de Londres à Coventry pour remplir son stade.

    Vous avez raison, le sport quel qu'il soit et le rugby en particulier ne peut s'affranchir longtemps de la logique financière. Qui peut se permettre de déverser tant d'argent dans une affaire qui ne rapporte rien ? On a quitté le "rugby cassoulet", monde des bénévoles, pour tenter de copier ce qui se faisait dans le foot-ball, il faut bien constater maintenant l'échec de cette "révolution".

  • si le SF ne s en sort pas il doit descendre en pro D2 se refaire une santé il n y a pas de honte a ça je ne vois pas ou est le problème !!! biarritz bayonne perpignan agen etc etc l ont fait ils n ont pas disparus pour autant !!!!