FFR : La confiance en déclin pour Bernard Laporte

FFR : La confiance en déclin pour Bernard Laporte©Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 08 décembre 2019 à 10h10

Un tiers des clubs amateurs ont refusé de soutenir les comptes de la FFR dirigée par Bernard Laporte, symbole d'un désamour grandissant entre le président et la base du rugby français.

La cote de popularité de Bernard Laporte s'effrite. Alors que la prochaine élection à la présidence de la Fédération Française de rugby (FFR) est déjà programmée pour octobre 2020, avec l'instauration pour la première fois dans une fédération sportive française d'un Code Electoral validée par l'Assemblée Générale Financière de la FFR ce samedi, le vote d'approbation de l'arrêté des comptes de la Fédération pour l'exercice 2018-2019 a confirmé que la position de Bernard Laporte est toujours plus fragile. En effet, pas moins d'un tiers des clubs s'étant exprimés ont voté « non » lors de ce vote avec un record de participation, établi à 58,75%, contre à peine un quart il y a un an. Un signal fort envoyé à l'actuelle classe dirigeante de la FFR alors que la liste d'opposition dirigée par Florian Grill continue de gagner en crédibilité. « Il s'agit d'un niveau de rejet jamais atteint lors d'une Assemblée Générale Financière de la FFR, qui témoigne de l'inquiétude croissante des clubs face aux dérapages financiers répétés et incontrôlés de l'actuelle gouvernance », assure la liste Ovale Ensemble dans un communiqué.


Bernard Laporte fait comme si de rien n'était

De son côté, le patron du rugby français a fait fi de cette contestation en hausse, fustigeant lors de cette Assemblée Générale Financière les « déclinistes mal documentés » qui font partie de l'opposition. « Équilibre et Redistribution, voici les pierres fondatrices de notre construction budgétaire. Et je dois vous dire que la Fédération n'a pas fini de travailler pour améliorer le quotidien des clubs, assure Bernard Laporte dans le communiqué de la FFR. D'autre part je suis heureux de voir que la révolution démocratique mise en œuvre à Avignon en 2017 est maintenant un droit acquis pour l'ensemble des clubs à qui le pouvoir a été rendu. » Trésorier de la Fédération Française de rugby, Alexandre Martinez a emboité le pas de son président pour saluer la gestion financière des dirigeants de la FFR. « Cette approbation souligne la confiance des clubs en la qualité de la gestion du budget de la FFR, assure ce dernier. Ce résultat est aussi à mettre en perspective avec le renforcement au cours de l'exercice 2018-2019 de la mise en œuvre de notre politique de réorientation des ressources vers le monde amateur, de l'ordre de 9 millions d'euros pour l'exercice écoulé. » Reste maintenant moins d'un an aux deux camps pour convaincre que l'avenir du rugby français passe uniquement par eux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.