FFR : Bernard Laporte brigue un deuxième mandat

FFR : Bernard Laporte brigue un deuxième mandat©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le mardi 07 juillet 2020 à 18h56

Le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte a annoncé ce mardi à l'AFP qu'il était candidat à un deuxième mandat. Les élections doivent avoir lieu le 3 octobre prochain.



A l'instar de Bernard Giudicelli, le président de la Fédération française de tennis, Bernard Laporte va lui aussi briguer un deuxième mandat de président de la Fédération française de rugby à la fin de l'année. Sans grande surprise, l'ancien sélectionneur du XV de France a annoncé sa candidature ce mardi à l'AFP. « J'ai attendu l'assemblée générale de samedi, la dernière précédant l'élection, pour voir ce qu'en pensaient les clubs. Quand je vois le plébiscite qu'on a eu, ça nous encourage, moi et mon équipe, à continuer et à transformer l'essai. Je ne me déclare pas tard. Avec ce que nous avons vécu, il fallait être à la tâche, chez les clubs. La preuve, avec le plan de relance, c'était beaucoup de travail, beaucoup beaucoup de visios en parallèle. C'est normal mais j'ai préféré rester à la tâche pour accompagner les clubs et me déclarer au dernier moment. Je resterai président jusqu'au 3 octobre : je ne crois pas qu'une institution comme la nôtre puisse se passer de président. Je veux accélérer les réformes, que la Fédération soit encore plus proche des clubs, qu'ils aient les moyens de bien travailler », a déclaré l'ancien ministre des Sports, âgé de 56 ans, qui avait été élu en 2016, avec 52,6% des voix, contre 35,28% pour Pierre Camou et 12,16% pour Alain Doucet, et qui est depuis devenu le vice-président de World Rugby, auprès de Bill Beaumont,  Il devrait présenter son programme, axé sur quinze thèmes, dans les prochains jours.

Florian Grill seul adversaire

Les élections doivent se tenir le 3 octobre, et Florian Grill (54 ans), le président de la Ligue d'Ile-de-France, est pour le moment son unique adversaire. Ce dernier avait demandé le 1er juillet le report des élections en raison de la pandémie de coronavirus, mais il n'a pas été entendu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.