Drame dans le rugby amateur

Drame dans le rugby amateur©Panoramic

6Medias, publié le mardi 22 mai 2018 à 14h20

Un jeune joueur de 17 ans du Rugby Club de Billom (Puy-de-Dôme) est décédé dimanche 20 mai dans son lit, au lendemain d'un match. Les causes du décès n'ont pas encore été établies, comme le révèle La Montagne.

Le rugby amateur est en deuil.

Âgé de 17 ans, un jeune joueur de l'équipe U18 du Rugby Club de Billom (Puy-de-Dôme) est décédé à son domicile dimanche 20 mai, au lendemain d'un huitième de finale du Challenge Sud-Est. Il a été victime d'un plaquage durant la rencontre, mais rien ne permet pour l'heure d'affirmer que ce choc a un rapport avec son décès brutal, rapporte La Montagne. "C'était une action de jeu normale, comme il s'en produit des dizaines à chaque rencontre", a expliqué au quotidien régional l'un des responsables de son équipe. "À aucun moment, nous n'avons décelé la moindre anomalie dans son attitude. Évidemment, s'il y avait eu quelque chose d'alarmant, nous aurions immédiatement réagi. Ce ne fut pas le cas. Nous ne comprenons pas ce qui a pu arriver."

"Sa disparition est très dure à vivre"

Les causes du décès n'ont pas encore été établies et une autopsie a été ordonnée par le parquet. Au club, c'est l'abattement. "C'était un vrai passionné de ballon ovale, qui aimait retrouver ses copains du club", a confié le président du Rugby Club. "Le groupe des U18 est très soudé. La nouvelle de sa disparition est très dure à vivre et toutes nos pensées vont à ses parents. Son papa est d'ailleurs l'un des dirigeants de notre club." Meurtris, les coéquipiers du défunt ne sont pas sûrs d'être en mesure de jouer le quart de finale pour lequel ils se sont qualifiés à l'issue de la rencontre.

Plusieurs morts ces dernières années

Ces dernières années, plusieurs drames ont eu lieu sur les terrains de rugby. Au début du mois, Rebecca Braglia, une jeune joueuse italienne de 18 ans, est décédée des suites d'une blessure contractée pendant un match. Touchée à la nuque, elle avait chuté la tête la première à la suite d'un plaquage, comme le rapporte le site de LCI. En 2015, le joueur australien de rugby à XIII James Ackerman était mort à l'hôpital, deux jours après avoir été gravement blessé à la tête dans un plaquage. Un autre Australien, Nicholas Tooth, était lui aussi décédé la même année comme le relève Le Parisien. En janvier 2018, le K.O. du jeune Clermontois Samuel Ezeala lors d'un match de Top 14 avait par ailleurs suscité l'émotion en France et provoqué des débats sur la dangerosité du rugby.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.