Calendrier : World Rugby devrait plus penser aux joueurs selon Sergio Parisse

Calendrier : World Rugby devrait plus penser aux joueurs selon Sergio Parisse©Media365

Mathieu WARNIER, publié le lundi 13 juillet 2020 à 18h30

Dans un contexte de calendrier international perturbé par la crise sanitaire, Sergio Parisse a confié à l'AFP qu'il faudrait trouver de la cohérence et mieux considérer les joueurs.

Le rugby international est à un tournant. Alors que les tournées estivales n'ont pas pu avoir lieu en raison de la crise sanitaire, World Rugby pourrait acter ce mardi un élargissement de la fenêtre internationale de novembre. Cela permettrait aux fédérations, dont certaines sont en difficulté sur le plan économique, de programmer plus de matchs de leurs sélections nationales et, ainsi, multiplier les recettes. Récemment interrogé par l'AFP, l'ancien capitaine de l'équipe d'Italie Sergio Parisse est revenu sur les cadences infernales vécues par les joueurs internationaux. « Pendant des années, c'était mon quotidien d'enchaîner les matchs, assure le troisième-ligne de Toulon. Il y a aussi les joueurs qui doivent repartir dans l'hémisphère Sud et ce n'est pas facile. Ce n'est pas évident d'arriver frais en sélection, surtout quand il y a des déplacements. »

Parisse : « Essayer de trouver de la cohérence »

Si l'allongement de la période internationale à deux mois, avec six matchs au programme, se confirme, les clubs seront mis à contribution. Les clubs les plus fournis en internationaux pourraient être nettement affaiblis pendant ces deux mois. En effet, mis à part un seul week-end en novembre, la LNR a programmé des journées du Top 14 chaque week-end disponible entre le début du mois de septembre et le début du mois de décembre. De plus, la LNR a fait un pas vers la FFR en acceptant la mise à disposition des joueurs pour cinq rencontres au lieu de trois. Cette situation est un danger qu'a voulu signaler Sergio Parisse. « Ça pose aussi des problèmes pour les clubs qui perdent leurs joueurs pendant les doublons : des équipes sont plus affaiblies que d'autres, assure le joueur italien. Il faut essayer de trouver de la cohérence pour mettre toutes les nations dans les meilleures conditions possible. » Reste que trouver un équilibre entre les besoins des fédérations et ceux des clubs ne sera pas chose aisée dans le contexte économique actuel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.