Sale : Des joueurs menacés de mort

Sale : Des joueurs menacés de mort©Media365

Paul Rouget : publié le mardi 25 août 2020 à 16h24

Certains joueurs des Sharks de Sale qui n'avaient pas mis le genou à terre avant la rencontre de Premiership contre les Harlequins ont reçu des menaces de mort, révèle un de leurs coéquipiers.

Un geste qui a beaucoup fait réagir en Afrique du Sud. Le 14 août dernier, avant la rencontre du championnat anglais entre les Harlequins et les Sharks (16-10), seuls quelques joueurs de Sale, qui portaient tous un tee-shirt contre le racisme, avaient mis un genou à terre avant le début de la rencontre, en soutien au mouvement Black Lives Matter ("Les vies des noirs comptent"). Et tous les joueurs sud-africains de l'équipe (Faf de Klerk, Jono Ross, Coenie Oosthuizen, Akker van der Merwe, Dan du Preez, Robert du Preez et Jean-Luc du Preez, et Lood de Jager) étaient restés debout. Ce qui avait amené leur ministre des Sports, Nani Mthethwa, à demander des comptes à la fédération sud-africaine. 

"Nous sommes une équipe unie !"

"Il devrait s'occuper de son boulot, avait répondu l'entraîneur des Sharks Steve Diamond. Le sport a montré son soutien à travers le monde au mouvement Black Lives Matter, que ce soit avec des messages sur des tee-shirts ou en mettant le genou à terre. Chacun est libre de poser le genou à terre ou pas, et je pense que les hommes politiques ne devraient pas s'en mêler." Marland Yarde, qui faisait partie des joueurs ayant posé le genou à terre, a depuis révélé que certains de ses coéquipiers avaient reçu des menaces de mort suite à ce match. "Je soutiens à 100% le mouvement Black Lives Matter et je crois de tout cœur en l'importance de mettre en évidence la bataille perpétuelle à laquelle nous sommes confrontés chaque jour dans la société, et la nécessité d'un changement. Mais je dois aussi m'opposer aux menaces de mort contre mes coéquipiers, ce qui est totalement inacceptable. Ce comportement ne rendra pas le monde meilleur. Nous sommes une équipe unie !", a écrit l'ailier anglais sur les réseaux sociaux. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.