Lucile Lefèvre termine déguisée en tigre !

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 14 février 2022 à 08h58

Pour la dernière course de sa carrière, la snowboardeuse française Lucile Lefèvre a disputé les qualifications du big air déguisée en tigre !

"Tout le monde veut une photo avec moi. C'est super amusant." Malgré sa 29e place (sur 30) lundi lors des qualifications du big air aux Jeux de Pékin, Lucile Lefèvre affichait un large sourire. Car la Briançonnaise de 26 ans disputait sa dernière course, comme elle l'avait annoncé le week-end précédent après sa 27e place en qualifications du slopestyle, où elle avait chuté à deux reprises, et qu'elle a choisi d'y participer affublée d'un déguisement de tigre qui a fait sensation !

"C'est ma toute dernière compétition. Je me suis blessée au genou dans le slopestyle, donc je n'ai pas pu faire de figures aujourd'hui", expliquait-elle ensuite, révélant avoir emprunté ce déguisement au snowboardeur suisse Nicolas Huber, "un homme fou" qui a accepté de lui passer. Radieuse, celle qui est licenciée à Risoul n'est donc pas passée inaperçue déguisée en tigre, un clin d'œil au nouvel an chinois, placé sous le signe du félin. "Le monde devrait être amusant (car) il y a beaucoup de problèmes. Si tout le monde était en paix, le monde serait un meilleur endroit, a-t-elle ensuite poursuivi. C'est le message que je veux partager."

"Je suis arrivée au bout"

Spécialiste du half pipe, elle participait à Pékin à ses deuxièmes Jeux. A Pyeonchang, il y a quatre ans, Lucile Lefèvre s'était classée à la 25e place lors de la finale du slopestyle. Mais elle s'était, déjà, blessée et avait dû déclarer forfait pour le big air. "Je connais mon niveau, je pourrais continuer mais ce n'est pas une contrainte, c'est vraiment un choix, avait-elle confié la semaine dernière. Le sport de haut niveau est très exigeant, physiquement et mentalement et je sens que je suis arrivée au bout. Je préfère arrêter avant d'être dégoûtée de tout ça, avant que ce soit trop tard ou trop compliqué, ou trop péjoratif. J'ai pris du plaisir à faire ce que je fais et j'ai envie de faire autre chose." Pour la suite, elle va notamment collaborer avec son père dans une école de voile au bord du lac de Serre-Ponçon. Mais elle assure que le snowboard ne sera jamais bien loin...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.