Bleus : Prandi a changé de statut

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 06 mai 2024 à 20h52

Auteur d'une belle saison avec le PSG, Elohim Prandi espère maintenant remporter le titre olympique avec les Bleus après avoir été sacré champion d'Europe, notamment grâce à son fameux but face à la Suède.

Il a failli refaire le coup. Jeudi dernier, lors de la demi-finale retour de Ligue des champions entre le FC Barcelone et le Paris Saint-Germain, Elohim Prandi a encore été tout proche d'égaliser à la sirène sur un véritable coup de canon, près de 100 jours après avoir arraché la prolongation à la toute dernière seconde contre la Suède dans le dernier carré de l'Euro d'un but d'anthologie resté dans les mémoires. "Je voulais viser un peu plus à droite, je n'ai pas pu changer le tir. J'ai voulu surprendre et ça a failli surprendre. Je ne suis pas frustré, pas déçu, mais content de ce qu'on a fait. Il faut rester sur le positif", expliquait-il à L'Equipe après cette courte défaite en Catalogne du club de la capitale (31-32), quatre jours après une défaite renversante lors du match aller à Paris (22-30).

Il n'est plus "Elohim le poignardé"

Des déclarations empreintes de maturité de la part de l'arrière gauche de 25 ans, entré dans une nouvelle dimension depuis son tir mythique contre les Suédois, avant de soulever son premier trophée en équipe de France A grâce à la victoire en finale face au Danemark. Devenu "un élément important de l'équipe" à Paris, avec qui il devrait remporter son quatrième titre de champion de France, Prandi l'est également chez les Bleus, lui qui rêve d'accrocher le sacre olympique cet été lors des Jeux de Paris. Et il apprécie d'être désormais devenu "Elohim le champion d'Europe, et plus Elohim le poignardé", lui qui avait failli perdre la vie après avoir été agressé au couteau non loin des Champs-Elysées lors de la soirée du Nouvel An deux ans plus tôt. "Ce but, le titre dont on va aussi me parler pendant longtemps et tant mieux, sont plus lumineux que tout le reste. Ils font que cette agression passe au second plan dans mon histoire. Le passé, c'est le passé : je suis Elohim le champion d'Europe, plus Elohim le poignardé. Et ça fait du bien", expliquait-il ainsi au Parisien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.