Euroligue : Monaco égalise contre Fenerbahçe dans le match 2

Euroligue : Monaco égalise contre Fenerbahçe dans le match 2 ©Icon Sport, Media365

Aurélien Canot, Media365, publié le vendredi 26 avril 2024 à 21h51

Battu mercredi dans le match 1 par Fenerbahçe sur ce même parquet de sa salle Gaston-Médecin, Monaco a superbement réagi vendredi soir dans le match 2 des quarts de finale de l'Euroligue en s'imposant cette fois face aux Turcs (93-88) grâce notamment à une énorme fin de match. Une victoire qui permet à la Roca Team d'égaliser avant les deux prochains rendez-vous, à Istanbul. Battu mercredi dans le match 1 par Fenerbahçe sur ce même parquet de sa salle Gaston-Médecin, Monaco a superbement réagi vendredi soir dans le match 2 en s'imposant cette fois face aux Turcs (93-88) grâce notamment à une énorme fin de match. Une victoire qui permet à la Roca Team d'égaliser avant les deux prochains rendez-vous, à Istanbul.

Monaco remet les compteurs à zéro. Ou presque. Avec sa défaite dans le match 1 après prolongation (95-91), la Roca Team a en effet perdu l'avantage du terrain. Les Monégasques auraient pu perdre bien davantage s'ils s'étaient de nouveau inclinés face à Fenerbahçe, ce vendredi lors du match 2 des quarts de finale de l'Euroligue, programmé comme le premier sur le parquet de la salle Gaston-Médecin. Heureusement, Monaco a su relever la tête et l'emporter cette fois face aux Turcs, certes dans la difficulté (93-88). Ce qui lui permettra d'aborder les deux prochaines rencontres, qui auront toutes deux lieux dans le chaudron d'Istanbul, à 1-1 et non à 0-2, un score qui aurait eu tout d'une élimination avant l'heure. Sasa Obradovic et ses hommes tenaient absolument à éviter ce scénario et ils y sont parvenus grâce notamment à une énorme fin de match une nouvelle fois de leur part. Après avoir encore débuté idéalement la rencontre (31-21 après le premier quart-temps), les champions de France ont en effet connu par la suite une baisse de régime qui a permis au Fener, qui n'avait encore jamais mené depuis le début du match et avait même compté quinze points de retard, de passer devant au score pour la première fois de la soirée au milieu du troisième quart-temps.

Monaco s'est fait peur, mais pas longtemps

Bien aidés par des Monégasques soudainement plus du tout inspirés, les Turcs se sont même un temps échappés. Dos au mur, avec à un moment un retard de neuf points à combler, Mike James et ses coéquipiers n'ont pas tardé à réagir toutefois. Et dès le début du dernier quart-temps, c'est de nouveau une Roca Team conquérante que le public de la Principauté a pu encourager. Dans le sillage d'un Donatias Motiejunas très solide (18 points), Monaco est d'abord revenu à une longueur malgré une faute technique sifflée contre son entraîneur, avant qu'un trois points (son seul de la soirée) de Jaron Blossomgame (8 points) ne permette aux Roca Boys de reprendre l'avantage dans une salle Gaston-Médecin en ébullition. Il en sera de même jusqu'à la fin. Et plus encore lorsqu'Elie Okobo (13 points) a décidé de sortir de sa boîte et d'inscrire cinq points de suite pour redonner de l'air aux Monégasques alors que Fenerbahçe, porté par ses deux hommes forts et artificiers Tyler Dorsey (25 points, 6 sur 8 à trois points) et Scottie Wilbekin (23 points, 6 sur 14 à trois points), venait de remettre son équipe devant.

Et Loyd libéra Gaston-Médecin...

Cette fin de match était complètement folle, à l'image de ses deux fautes techniques sifflées sur la même action contre chacune des deux équipes, le suspense insoutenable et l'atmosphère irrespirable jusqu'à ce qu'un nouveau panier d'Alpha Diallo (8 points, 4 rebonds), deux lancers de Jordan Loyd puis un shoot longue distance de ce même Loyd, auteur de 15 points, viennent délivrer définitivement les Monégasques. Le tout sous les yeux de James (8 points, 7 rebonds, 7 passes), laissé sur le banc pour les dernières minutes, et alors que Wilbekin encore lui avait replongé un temps la salle dans le doute. La Roca Team a cependant assuré l'essentiel en évitant cette deuxième défaite qui aurait pu sonner sa fin, et c'est bien le plus important. Surtout avant de se frotter deux soirs de suite à cette redoutable équipe du Fener et à ses terribles supporters.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.