Ch. Europe : Une moisson historique pour la France

A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le jeudi 13 juin 2024 à 08h51

Avec 16 médailles, dont 4 en or, aux championnats d'Europe, l'équipe de France d'athlétisme signe la troisième meilleure performance de son histoire. Forcément rassurant avant les Jeux Olympiques de Paris.

On n'en attendait pas autant. Même si le bilan aurait pu être encore meilleur avec des relais plus performants, puisque seul celui du 4x100 m féminin a ramené une breloque, en argent, lors de la dernière soirée de ces championnats d'Europe d'athlétisme mercredi. De la gourmandise, tant les Bleus auront brillé à Rome durant les six jours de compétition. Quatre titres, pour Cyréna Samba-Mayela (110 m haies), Gabriel Tual (800 m), ainsi qu'Alice Finot et Alexis Miellet sur 3 000 m steeple, cinq médailles d'argent, et sept médailles de bronze pour le camp tricolore, qui a terminé à la deuxième place du classement avec un total de 16 breloques, derrière l'hôte italien (24 médailles dont 11 en or). Une belle performance pour la France, qui n'avait même pas atteint les 10 médailles lors la dernière édition des championnats d'Europe, en 2022 à Berlin, où elle n'avait pas glané la moindre médaille d'or.


Depuis la toute première édition, en 1934 à Turin, les Bleus n'ont fait mieux qu'à deux reprises. En 2010 à Barcelone, où l'équipe de France, emmenée par ses locomotives Christophe Lemaitre, Renaud Lavillenie et Mahiedine Mekhissi-Benabbad, avait terminé avec 18 médailles dont 8 en or, et, surtout, quatre ans plus tard à Zurich. Une édition 2014 qui avait vu les Tricolores ramener pas moins de 25 breloques de Suisse, avec toujours de l'or pour Lavillenie, Mekhissi-Benabbad mais aussi Yohann Diniz, et un total de 9 titres. L'équipe de France d'athlétisme a atteint les 15 médailles aux championnats d'Europe une seule autre fois, en 1950 à Bruxelles, d'où elle était repartie avec 15 podiums, dont quatre titres. Si cette belle moisson européenne n'est pas toujours un gage de réussite aux Jeux Olympiques, où le niveau est évidemment bien plus relevé, cela redonne de la confiance. Et on a aussi vu des espoirs d'exploser, comme Samba-Mayela, qui pourrait décrocher une médaille à Paris. Où on espère qu'elle ne sera pas la seule à monter sur le podium. Qualifié in-extremis sur le décathlon, Kevin Mayer compte d'ailleurs bien y être. Et sur la plus haute marche...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.