Dopage : Quels sports sont principalement touchés en France ?

Guillaume Marion, Media365 : publié le jeudi 13 juin 2024 à 21h55

Alors que l'AFLD a dévoilé son rapport d'activité de l'année 2023, on peut s'apercevoir que le MMA est le sport le plus touché en France par le dopage. Une situation qui interpelle.

A quelques semaines du début des Jeux Olympiques de Paris 2024 (du 26 juillet au 11 août), l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) a dévoilé ce jeudi son rapport d'activité de l'année 2023. Ainsi, l'an dernier, cette dernière a collecté 12 044 échantillons, un chiffre qui ne cesse de grimper (7 904 échantillons en 2019), qui permet de mettre en évidence les sports les plus touchés en France par le dopage. Avec 15 cas positifs pour 2 354 prélèvements (soit 0,64 %, ce qui est en dessous de la moyenne de l'AFLD qui est de 0,87 %), le rugby (à 15 et à 7) est le 2eme sport le plus touché dans l'Hexagone. L'usage récréatif de cocaïne, qui a valu une sanction à Oscar Jegou en fin d'année dernière, est notamment une des explications à cela. Alors que le cyclisme (14 tests positifs sur 1 632 échantillons) est le 3eme sport le touché, c'est le MMA qui arrive en tête en France, avec 24 cas positifs pour seulement 218 tests.

Le MMA inquiète particulièrement l'AFLD

« Les résultats d'analyse anormaux représentent moyenne entre 0,6 et 1 % des analyses dans la plupart des sport. Avec 11 %, la cote d'alerte est passée sur le MMA. On maintient donc un effort de contrôle sur cette discipline qui n'est pas olympique mais qui impose un suivi antidopage. Les cas positifs sont surtout sur le circuit commercial avec des combattants professionnels. Il y a notamment un déficit d'éducation auprès de ces sportifs. Surtout qu'il y a aussi un vrai enjeu de santé publique de réguler un sport comme le MMA car la prise de produits dopants peut aussi entraîner le combattant à devenir trop dangereux pour son adversaire. C'est assez alarmant. On ne peut plus laisser des combattants sur le MMA sans éducation sur le sujet », a notamment expliqué à ce sujet Jérémie Roubin, le secrétaire général de l'AFLD, dans des propos recueillis par L'Equipe. A noter, que l'athlétisme ne figure donc pas sur le podium en 2023, même si certains cas font encore l'actualité, comme celui de Mouhamadou Fall (suspendu pour Paris 2024).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.