Troisième "no show" en moins d'un an pour Ruta Meilutyte

Troisième "no show" en moins d'un an pour Ruta Meilutyte©Media365

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 08 mai 2019 à 18h10

Championne olympique du 100m brasse à Londres en 2012, la Lituanienne Ruta Meilutyte a manqué un troisième contrôle antidopage en moins d'un an, risquant une suspension.

Ruta Meilutyte pourra-t-elle conquérir un autre titre olympique sur le 100m brasse à Tokyo ? La Lituanienne, sacrée sur la distance à l'âge de 15 ans lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012, a manqué un contrôle antidopage le 28 mars dernier. Or, la native de Kaunas avait déjà manqué un tel contrôle le 22 avril 2018 puis un deuxième le 19 août 2018. Comme le veut le Code Mondial Antidopage, le fait de manquer trois contrôles sur une période de douze mois peut valoir deux ans de suspension à l'athlète concerné, une peine pouvant être réduite à un an en fonction de la faute commise. Dans un communiqué, l'Agence Lituanienne de Lutte contre le Dopage assure que Ruta Meilutyte a « indiqué que les trois tests manqués étaient totalement de sa faute et qu'elle a rempli de manière irresponsable les informations relatives au changement de sa localisation ».

Meilutyte dans le même cas que Yoka

Le cas mis en avant par Ruta Meilutyte, qui relève plus de la maladresse plus que de la volonté de cacher un éventuel dopage, est similaire à ce que le boxeur français Tony Yoka a pu vivre récemment. Le champion olympique à Rio, après avoir manqué trois rendez-vous pour un contrôle antidopage, a été suspendu pendant un an, suspension qui prendra fin en juillet prochain. Si Ruta Meilutyte devait recevoir la même sanction, sa présence aux Jeux Olympiques de Tokyo pourrait être confirmée au dernier moment, la Fédération Lituanienne laissant la porte ouverte jusqu'au 29 juin 2020, soit un peu moins d'un mois avant les épreuves de natation. « Il est dommage que Ruta Meilutyte puisse être suspendue pour un an à cause d'une erreur aussi honteuse, a déclaré dans un communiqué Kristina Jagminienė, directrice de l'Agence Lituanienne de lutte contre le dopage. C'est l'exemple parfait du fait que même des athlètes d'un tel calibre ont le devoir de s'acquitter de leur tâche. » Des erreurs qui pourrait coûter cher à une des têtes d'affiches du sport lituanien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.