Philippe Lucas : " Ma marionnette aux Guignols m'a beaucoup servi "

Philippe Lucas : " Ma marionnette aux Guignols m'a beaucoup servi "©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT : publié le samedi 13 juin 2020 à 21h17

Invité samedi du RMC Sport Show Revival, Philippe Lucas a avoué que sa marionnette aux Guignols lui a beaucoup apporté dans sa vie. Le coach atypique de la natation française estime qu'il n'aurait pas la même notoriété aujourd'hui sans cette caricature.

A beaucoup, elle a fait énormément de tort. Pour Philippe Lucas, cela a semble-t-il été tout l'inverse. Sans sa marionnette aux Guignols, l'emblématique entraîneur français n'aurait pas joui d'une telle aura médiatique, à entendre l'intéressé, invité samedi du RMC Sport Show Revival. Une émission au cours de laquelle l'ancien coach de Laure Manaudou aujourd'hui en charge de l'équipe de France en eau libre est revenu sur la grande importance qu'a eue cette caricature dans sa vie et sa carrière. Les auteurs n'avaient pourtant pas fait de cadeau au Francilien, connu pour ne jamais quitter son débardeur ni ses nombreuses chaînes en or ou sa boucle d'oreille pas vraiment discrète au bord des bassins comme en dehors. Mais Philippe Lucas, c'est aussi cette gouaille inimitable et ce franc-parler légendaire qui lui ont valu de se faire autant d'amis que d'ennemis. Evidemment, les Guignols ne se sont pas gênés pour en jouer, mais d'après le Francilien, ils ne pouvaient pas mieux s'y prendre pour le rendre sympathique auprès des Français.  « Ça m'a hyper servi pendant dix ans », avoue aujourd'hui celui qui a eu également sous ses ordres la championne italienne Federica Pellegrini.

Lucas : « Je ne suis pas quelqu'un qui a une grande gueule »

« Un jour, un journaliste m'appelle pour les vingt ans des Guignols. Il me dit que je suis la troisième marionnette des français. Alors je demande qui est le premier. Chirac. Le deuxième? Sarkozy. Alors je lui dit que je suis le prochain président ! », se souvient le natif de Melun, revenu également sur RMC Sport sur son franc-parler, indissociable de son image. « Je suis né dans un bistrot. Ma grand-mère a tenu un bistrot pendant trente ans. À dix ans, c'était une autre époque bien sûr, je servais déjà derrière le bar et j'aidais. Il y avait des ouvriers, des pensionnaires... J'étais dans le milieu de ces gens-là. Le bistrot, c'est du théâtre. Vous rencontrez des gens extraordinaires. C'est venu comme ça. Puis bon... je suis de la région parisienne », avoue Lucas, pas du genre à avoir la langue dans sa poche.  Le coach aux cheveux longs est quelqu'un d'entier, et il l'assume parfaitement : « Si vraiment quelque chose m'emmerde, c'est sûr que je n'y vais pas par quatre chemins. » « Mais je ne suis pas quelqu'un qui a une grande gueule », tient-il toutefois à rectifier. La faute de sa marionnette des Guignols, très certainement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.