Natation : Meilutyté, championne olympique à 15 ans, retraitée à 22 ans !

Natation : Meilutyté, championne olympique à 15 ans, retraitée à 22 ans !©Media365

Aurélien CANOT, publié le mercredi 22 mai 2019 à 11h28

Sacrée championne olympique du 100m brasse aux Jeux de Londres en 2012 alors qu'elle était âgée de seulement quinze ans puis du Monde un an plus tard en battant le record du monde de la distance, Ruta Meilutyté, 22 ans aujourd'hui, prend déjà sa retraite. La Lituanienne a annoncé mardi qu'elle souhaitait donner un nouveau virage à sa vie, loin des bassins.

Championne olympique à 15 ans, médaillé d'or aux Championnats du Monde l'année suivante et retraitée à... 22 ans. Comme il fallait s'y attendre, Ruta Meilutyté ne s'est pas éternisée dans les bassins. Ce mardi, l'ex-petite reine de la brasse a annoncé qu'elle avait décidé de se retirer définitivement pour donner un nouveau sens à sa vie. « Je suis prête à commencer un nouveau chapitre de ma vie, a-t-elle déclaré dans un communiqué. Merci à tous ceux qui m'ont soutenue sur cette route. Je veux désormais reprendre mes études et vivre des choses simples, grandir, mieux me connaître et mieux connaître le monde », explique dans un communiqué la Lituanienne qui avait souffert de dépression au début de sa jeune carrière et avait avoué après les Jeux de Rio que cette dépression en question avait fini par la rattraper. Meilutyté, qui avait perdu sa mère dans un dramatique accident de la route alors qu'elle n'avait que 4 ans, était devenue sur 100m, à l'occasion des JO de Londres en 2012, la plus jeune championne olympique de son pays. Nouvelle détentrice du record d'Europe de la distance, elle avait fait mieux encore, un an plus tard lors des Championnats du Monde en grand bassin de Barcelone, en s'emparant cette fois du record du monde, décrochant à l'arrivée son premier titre mondial.

Meilutyté rentre bredouille de Rio et... déprimée

Un record qu'elle avait de nouveau battu, cette fois en petit bassin, cette même année 2013, quelques mois seulement après avoir établi la meilleure marque mondiale sur 50m. Rayonnante en grand bassin (1 titre olympique, 1 titre mondial, 2 titres européens), Meilutyté avait régné également en petit bassin, avec trois sacres mondiaux à son actif et cinq titres de championne d'Europe venues s'ajouter à ses deux obtenus en grand bassin. A Copenhague, il y a deux ans, la jeune Lituanienne partie s'entraîner dès son plus jeune âge à Plymouth (Angleterre) avait signé son dernier coup d'éclat, en décrochant l'or sur 50 et 100m brasse. Mais la dépression avait déjà rattrapé le petit prodige, rentrée de Rio sans aucune médaille (elle s'était classée septième de la finale du 100m brasse). Le début de la fin pour la championne, de retour sur ses terres. Elle avait bien tentée ensuite de se refaire une santé du côté de l'Irlande, de l'Australie et des Etats-Unis (Californie), mais le coeur, comme le moral, n'y était plus. Ses trois no-shows en moins d'un ans (en avril et août 2018 et en mars 2019) ont constitué le coup de grâce. Menacée de deux ans de suspension et donc de manquer les JO de Tokyo 2020, la championne olympique de Londres a préféré en rester là. Et embrasser une vie normale, loin de ces bassins qui lui ont permis de connaître très tôt la gloire et la consécration. Peut-être trop tôt.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.