Natation : L'Agence Mondiale Antidopage fait appel dans l'affaire Sun Yang

Natation : L'Agence Mondiale Antidopage fait appel dans l'affaire Sun Yang©Media365

Gabriel Vanhoutte, publié le mercredi 13 mars 2019 à 15h30

L'Agence Mondiale Antidopage a confirmé ce mercredi avoir fait appel auprès du Tribunal Arbitral du Sport contre la décision de la Fédération Internationale de Natation de blanchir Sun Yang, accusé d'avoir refusé de coopérer lors d'un contrôle en septembre dernier. Le nageur risque désormais une suspension à vie.

Tous les ruisseaux ne vont pas à la mer. L'Agence Mondiale Antidopage (AMA) a décidé de porter l'affaire Sun Yang devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). Un appel à la décision de la Fédération Internationale de Natation (FINA) qui avait décidé de blanchir le nageur chinois dans le cadre d'un contrôle antidopage trouble en septembre dernier. Si la FINA avait choisi de ne pas donner suite à l'affaire, en raison d'irrégularités lors du contrôle en question, l'AMA a préféré retenir le fait que le champion olympique en titre sur le 200m nage libre ait manqué l'inspection. Déjà contrôlé positif en 2014, une décision défavorable lui vaudrait une suspension à vie.

Sun Yang entre deux eaux

Deux points de vue majeurs s'opposent concernant les faits, survenus le 4 septembre dernier au domicile du nageur chinois. Pour rappel, le quotidien britannique The Sunday Times a révélé en janvier les conditions désastreuses du contrôle. Le nageur et son entourage auraient refusé de se plier aux examens de rigueur, arguant l'illégitimité de l'entreprise suédoise, IDTM, chargée de prélever le sang et l'urine de l'athlète, avant de détruire les échantillons prélevés à coup de marteau. Mais Sun Yang, par l'intermédiaire de ses avocats, avait infirmé cette version, concédant avoir eu un différend verbal avec les agents suédois mais n'admettant aucunement avoir détruit les prélèvements. Faute de preuves dans un épisode mystérieux, la FINA avait préféré blanchir le nageur.

Le sulfureux champion

Dans la tempête hors des bassins, Sun Yang a pourtant derrière lui une carrière de champion bien établie. Le Chinois a ainsi notamment remporté trois médailles d'or olympiques, à Londres en 2012 (400m et 1500m libre) puis à Rio en 2016 (200m libre). Véritable fleuron du sport chinois, le gouvernement avait affiché son soutien à sa superstar des bassins en janvier dernier. Mais l'ombre du dopage, qui plane aujourd'hui sur le nageur chinois, a toujours été présente. Vivement critiqué par ses concurrents lors de son succès aux JO 2016, Sun Yang avait déjà été contrôlé positif en 2014, ce qui lui avait valu une suspension de trois mois. Si le TAS arbitrait en sa défaveur dans cette nouvelle affaire, le Chinois serait définitivement exclu des bassins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.