Muller n'a pas dit adieu à son rêve olympique

Muller n'a pas dit adieu à son rêve olympique©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le jeudi 10 octobre 2019 à 00h01

Hors course pour une qualification olympique sur le 10km en eau libre, sa discipline de prédilection, Aurélie Muller (29 ans) a décidé de tenter de se qualifier pour Tokyo sur 1500m.

Le 29 juillet prochain à Tokyo, un titre olympique va être décerné pour la première fois sur le 1500m féminin. L'épreuve fait son entrée au programme olympique en 2020, et Aurélie Muller espère bien le disputer ! La Lorraine de 29 ans, qui avait été disqualifiée aux JO de Rio alors qu'elle pensait avoir décroché la médaille d'argent sur le 10km en eau libre, puis a raté la qualification pour le 10km des JO de Tokyo, en terminant onzième des Mondiaux alors que les dix premiers étaient qualifiés, a dû se trouver un nouveau challenge. Et elle s'est lancée à fond dans le 1500m, comme elle l'a expliqué à l'AFP et à RMC ce mercredi. « Je ne connaissais pas les temps de qualification donc je me suis renseignée, j'ai vu que je n'étais pas très loin. Le temps à faire lors des championnats de France c'est 16'21"21, j'ai un record personnel à 16'24 et ces dernières années je ne me suis pas spécialement et spécifiquement entraînée pour le 1500 m. Donc je me dis qu'à quelques secondes près je peux obtenir ma qualification », déclare la championne du monde 2015 et 2017 du 10km, qui va désormais s'entraîner avec Fabrice Pellerin à Nice.

Muller n'a pas refermé la cicatrice

Aurélie Muller avoue qu'elle n'a toujours pas refermé la cicatrice de sa non-qualification sur le 10km, où elle aurait forcément visé une médaille, ce qui ne sera pas le cas sur le 1500m, même si elle parvenait à décrocher son billet pour Tokyo. « Là, sur 1 500m, l'objectif c'est déjà de se qualifier, et ensuite on verra... Ce n'est pas du tout la même dynamique. Ce qui me réconforte un peu, pour que l'année soit moins pénible qu'elle ne l'aurait été si j'avais continué à nager autre part, c'est que moi aussi je vais essayer de me qualifier aux Jeux olympiques. La finalité n'est pas la même, mais si j'avais arrêté j'aurais entendu parler des Jeux et je n'aurais rien pu faire, je n'aurais eu aucun challenge pour me dire que je n'avais pas tout perdu. Ça ne sera pas refermé parce que l'eau libre, je l'ai toujours dans un coin de ma tête. » Rappelons que c'est l'Italienne Simona Quadarella qui est actuellement championne du monde du 1500m, avec un titre glané à Gwangju en juillet dernier en 15'40"89, alors que l'Américaine Katie Ledecky détient le record du monde en 15'20"48 depuis 2018. Côté français, Lara Grangeon avait remporté les championnats de France en avril dernier devant Aurélie Muller, en 16'18"63, mais c'est toujours Laure Manaudou qui détient le record de France depuis 2006, avec un chrono de 16'03"01.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.