Mondiaux de Gwangju : Phelps félicite Milak

Mondiaux de Gwangju : Phelps félicite Milak©Panoramic, Media365

Aurélien CANOT, publié le jeudi 25 juillet 2019 à 10h46

Vingt-quatre heures après que Kristof Milak l'a dépossédé de son record du monde du 200m papillon, mercredi en finale de la distance lors des Mondiaux de Gwangju (Corée du Sud), Michael Phelps revient dans le New York Times sur la performance inouïe du jeune prodige hongrois de 19 ans, avec un brin de nostalgie déjà.

Cela valait bien les félicitations du mythe. Mercredi, la finale du 200m papillon a été marquée par l'avènement de Kristof Milak, sacré champion du Monde à seulement 19 ans. Mais si Milak a surtout marqué les esprits, c'est pour avoir pulvérisé le record du monde établi par Michael Phelps dix ans plus tôt. Une marque qui semblait intouchable avant que le prodige hongrois décide de s'en occuper. Résultat, le nouveau roi du "pap" est devenu le premier nageur de l'histoire à passer sous les 1'51, avec un chrono inimaginable de 1'50"73, reléguant loin derrière dans le rétroviseur celui de l'Américain, pourtant sacré cinq fois au niveau mondial dans sa carrière sur la spécialité. Beau joueur, l'intéressé rend hommage à son successeur, ce jeudi dans les colonnes du New York Times. Mais non sans un brin d'amertume après avoir vu son record lui échapper, surtout de cette manière. « Aussi frustré que je sois de voir ce record s'effondrer, je ne pourrais pas être plus heureux en voyant de quelle manière il l'a fait. Il a travaillé sa technique jusqu'à ce qu'elle soit belle et il a fait les efforts très, très durs pour qu'elle le soit vraiment... Je lui tire mon chapeau », avoue la légende sacrée 26 fois champion du Monde dans sa carrière et qui affiche également 23 médailles d'or olympiques à son incroyable palmarès.

Phelps : « Les 100 derniers mètres de ce gamin ont été incroyables »

Phelps avoue par ailleurs qu'au niveau de cette finale du 200m papillon proprement dite, le finish de Milak l'a tout particulièrement bluffé. « Les 100 derniers mètres de ce gamin ont été incroyables. Il a réalisé un super 200 m papillon du début à la fin. » Un exploit d'autant plus colossal qu'à l'époque d'établir le nouveau record, Phelps portait un pantalon en polyuréthane. Ce qui rend sa performance encore plus impressionnante aux yeux de l'immense champion, qui résume de la sorte la sensation signée par le Hongrois mercredi : « C'est arrivé parce qu'il y avait un gamin qui voulait le faire, qui rêvait de le faire, qui a compris ce qu'il fallait pour le faire. » Tout le monde ne peut pas se vanter d'avoir reçu pareilles louanges du maître.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.