Mondiaux de Gwangju : Metella et Wattel (RF) en finale, RM pour Dressel, Smith et Chupkov, Grousset ne passe pas

Mondiaux de Gwangju : Metella et Wattel (RF) en finale, RM pour Dressel, Smith et Chupkov, Grousset ne passe pas©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le vendredi 26 juillet 2019 à 14h46

La 6eme journée de ces Mondiaux de Gwangju a démarré en boulet de canon avec tout d'abord le nouveau titre de la championne du Monde sortante Simone Manuel sur 100m nage libre puis le record du monde sur 100m papillon et propriété de Michael Phelps d'un Caeleb Dressel décidément phénoménal, avant que l'Américaine de 17 ans Regan Smith en fasse de même sur 200m dos. puis Anton Chupkov sur 200m brasse. Coté français, Mehdy Metella, 6eme temps cumulé de ces demi-finales, valide son billet pour la finale, au même titre que Marie Wattel, impressionnante en demies du 50m papillon. Pour une place, Maxime Grousset, en revanche, ne sera pas de celle du 50m nage libre.

Simone Manuel en patronne

Deux jours après avoir coûté la victoire aux Américains sur le relais mixte, Simone Manuel a remis les pendules à l'heure. La championne du Monde de Budapest a conservé son titre mondial du 100m en dictant sa loi du départ, très bon, à la touche finale, à ses deux grandes rivales pour le sacre l'Australienne Cate Campbell et la Suédoise Sarah Sjöström. Tout de suite en tête, l'Américaine a fait la course devant de bout en bout, devançant à l'arrivée en 52"04 cette Cate Campbell (52"43) qui l'avait coiffée au poteau dans la dernière longueur du relais mixte pour la gagne. Sjöström (52"46), elle, passe une nouvelle fois à côté de la médaille d'or, elle qui est pourtant la recordwoman du Monde sur la distance. Mais pour elle comme pour Campbell, il n'y avait de toute façon rien à espérer vendredi face à celle qui est également championne olympique en titre. Vous avez dit patronne...

La folie Dressel, Metella en finale

Il faut s'y faire. Rien dans ces Championnats du Monde ne résiste à Caleb Dressel. Déjà titré à trois reprises depuis le début de la semaine, l'extra-terrestre américain venu en Corée du Sud avec en tête de battre le record de neuf médailles d'or dans de mêmes Mondiaux avait annoncé sa volonté d'effacer Michael Phelps des tablettes sur 100m papillon. Dressel n'a même pas attendu la finale pour y parvenir. En lice dans la seconde demi-finale, vendredi, le meilleur nageur du moment a pulvérisé le record du monde de son compatriote de trois dixièmes en s'imposant dans un temps vertigineux de 49"50. Une performance inouïe qui ferait presque oublier que Mehdy Metella, présent lui aussi dans cette seconde demi-finale, a validé son billet pour la finale en terminant troisième de cette demie d'anthologie dans un temps de 51"62 (plus de deux secondes derrière Dressel) synonyme de 6eme temps cumulé. Passé à côté lors des demies du 100m nage libre deux jours plus tôt, le Marseillais retrouve le sourire.

Smith se prend pour Dressel

Pas encore remis du nouvel exploit de Dressel, la piscine sud-coréenne a vibré dans la foulée après que Regan Smith s'est prise le temps d'une course pour son compatriote en s'offrant elle aussi un record du Monde. A seulement 17 ans, la petite star de la natation américaine a effacé des tablettes le record de Missy Franklin sur sa spécialité le 200m dos au même titre que Dressel avait jeté en pâture celui de Phelps. Smith, visiblement inspiré par l'exploit de l'extra-terrestre de ces Mondiaux, a nagé en 2'03"35 avait eu besoin de 2'04"06 à Londres en 2012 pour boucler la distance. Un exploit d'autant plus fou qu'en séries, plus tôt dans la journée, celle qui devient l'immense rivale de Katinka Hosszu (deuxième de la première demi-finale) pour le titre avait battu son propre record du Monde juniors. Quelle journée !

Grousset, il s'en est fallu d'une place

Il devait terminer dans les huit meilleurs temps, il a dû se contenter du... neuvième. Quatrième de sa demi-finale du 50m, Maxime Grousset ne disputera pas la finale. Le jeune nageur français de 19 ans a pourtant tout donné, nageant même plus vite que lors des séries. En atteste ce superbe chrono de 21"86 qui a permis au natif de Nouméa, qui dispute là ses premiers Championnats du Monde, de pulvériser son record personnel. Malheureusement, il aurait fallu que Grousset se montre encore plus pressé. L'Américain Michael Andrew, huitième et dernier qualifié pour la finale, a en effet signé un temps de 21"77 pas nettement supérieur à celui du Tricolore, mais suffisant pour accéder à une finale dont le surhomme Caeleb Dressel fera une fois de plus figure d'immense favori. Quelques minutes après avoir pulvérisé la marque de Phelps sur 100m papillon, l'extra-terrestre américain s'est en effet présenté au départ de la seconde demi-finale pour rendre la... 10eme plus belle copie de l'histoire, en 21"18. Les superlatifs manqueront très vite pour résumer les performances du monstrueux Américain, promis d'ores et déjà à un nouveau triomphe, sur 50m.

Rylov dans un fauteuil

Beaucoup voyaient un duel très serré entre Evgeny Rylov et Ryan Murphy en finale du 200m dos. Si les deux champions se sont effectivement partagé les deux premières places, de duel à proprement dit, il n'y en a pas eu. Le Russe et nouveau champion du Monde a en effet dominé du début à la fin son rival australien. Ce dernier a poursuivi Rylov dès le départ sans jamais parvenir à revenir à sa hauteur ni même l'inquiéter. Extrêmement facile, le champion d'Europe n'a même pas eu besoin d'accélérer. En tout cas, il n'en a pas donné l'impression. Il s'est juste contenté de contrôler la fin de course lorsque le triple champion olympique, portant un ultime effort de manière quelque peu désespérée, s'est rapproché au maximum de ce qu'il pouvait espérer. Mais il n'y a jamais eu photo et la victoire - dans un fauteuil - de Rylov en 1'53"40 (1'54"12 pour Murphy) ne souffre d'aucune contestation.

La réponse de Wattel

Pas retenue pour le relais mixte de samedi en dépit de ses très bons débuts de Mondiaux, Marie Wattel avait à cœur de prouver aux décideurs qu'ils s'étaient trompés en ne lui faisant pas confiance. La finaliste du 100m papillon il y a deux jours (8eme) ne pouvait pas mieux s'y prendre. Impressionnante dans la première demi-finale, elle s'est imposée avec beaucoup de brio (25"56), laissant même derrière elle des championnes du talent de l'Américaine Keisi Dahlia pour ne citer qu'elle. Sarah Sjöström et Ranomi Kromowidjojo ayant nagé plus vite que Wattel dans la seconde demi-finale, elle doit se contenter au final du troisième temps cumulé uniquement. Mais cela n'enlève rien à cette performance énorme de la Nordiste, qui s'est même permis le luxe d'exploser son meilleur temps personnel (25"90) et d'établir ainsi le nouveau record de France. Cette demi-finale canon de sa part peut autoriser Wattel à rêver d'un podium. Si son rêve se réalise, on en connaît quelques-uns qui risquent de raser les murs.

Cupkov dans l'histoire !

Lors de cette 6eme journée décidément dingue, Anton Cupkov y est lui aussi allé de son record du Monde, en finale du 200m brasse. Sacré champion du Monde, le Russe a apporté la troisième médaille d'or à son pays depuis le début de ces Mondiaux en ajoutant la cerise à son déjà très beau gâteau avec ce record du Monde en 2'06"12. Le plus fou dans cette histoire est que Chupkov s'est imposé vendredi devant l'Australien Matthew Wilson (2'06"68), qui avait égalé le précédent record du Monde la veille en demi-finales. Quant au troisième et médaillé de bronze sur cette finale du 200m brasse, il s'agit ni plus ni moins que d'Ippei Watanabe (2'06"73), le Japonais en possession de l'ancien record du Monde depuis janvier 2017. En terminant tous en moins de 2'07", les trois hommes ont porté cette finale très relevée au pinacle. Elle restera assurément comme l'un des grands moments de ces Championnats du Monde. Et Cupkov l'un des acteurs majeurs.

Carton plein pour l'Australie

Déjà sortie vainqueur des deux premiers relais, le relais mixte mercredi, et le relais 4x200m quatre nages jeudi, l'Australie a poursuivi son sans-faute dans le domaine en remportant également, vendredi, le relais 4x200m masculin. Unique différence par rapport aux précédents succès des Australiens : cette fois, ce ne sont pas les Américains que le quatuor composé de Clyde Lewis, Kyle Chalmers, Alexander Graham et Mack Horton ont dominés en 7'00"85 mais la Russie. Dans la foulée du sacre mondial assorti du record du Monde d'Anton Chupkov sur 200m brasse, les Russes (Dovgalyuk, Vekovishchev, Krasnykh, Malyutin) ont en effet damé le pion sur le fil aux Etats-Unis (Seliskar, Pieroni, Apple, Haas). Après ce troisième succès en trois relais, l'Australie, elle, repasse devant les Américains au classement des médailles.

Pour revivre cette 6eme journée des Mondiaux, cliquez ici

Vos réactions doivent respecter nos CGU.