Mondiaux de Gwangju : Aubry en bronze, Bonnet se manque, Mignon passe, Metella casse, Milak bat le RM

Mondiaux de Gwangju : Aubry en bronze, Bonnet se manque, Mignon passe, Metella casse, Milak bat le RM©Media365

Aurélien CANOT, publié le mercredi 24 juillet 2019 à 14h20

Grâce à une fin de course fabuleuse, David Aubry s'est offert ce mercredi la médaille de bronze sur 800m, nouveau record de France à la clé, permettant ainsi à l'équipe de France de débloquer son compteur dans ces Mondiaux de Gwangju. Le titre revient à l'Italien Paltrinieri, auteur d'un véritable récital lors de cette finale. En finale du 200m ensuite, Charlotte Bonnet est, elle, passée au travers, terminant septième. Clément Mignon valide son billet pour la finale du 100m, pas Mehdy Metella. En finale du 100m papillon, le Hongrois Kristof Milak a fait tomber le record du légendaire Michael Phelps.

Incroyable David Aubry ! Après avoir décroché son billet pour les Jeux de Tokyo sur le 10km en... eau libre, le protégé de Philippe Lucas a apporté à l'équipe de France sa première médaille de ces Mondiaux et la première pour notre pays sur la distance chez les hommes en arrachant la troisième place, mercredi à Gwangju en finale du 800m. Quatrième à mi-course et à la lutte avec l'Australien McLoughlin dans le final, le médaillé de bronze a accéléré dans les derniers cent mètres pour finalement coiffer l'Australien au poteau de sa ligne numéro 5 et terminer troisième derrière le Norvégien Henrik Christiansen et le monstre de cette finale Gregorio Paltrinieri, auteur d'une démonstration et qui n'a jamais laissé le soin à quiconque de faire la course en tête. L'Italien s'est même permis d'accélérer avant la mi-course, alors que les concurrents produisent généralement leur effort aux 400 mètres uniquement. Et tandis que le nouveau champion du Monde (il succède à son compatriote Detti) s'est offert un cavalier seul, Aubry, lui, pour sa toute première finale mondiale, a pulvérisé son propre record de France, avec un chrono de 3'42"08 qui lui permet de signer la troisième meilleure performance mondiale de l'année, Christiansen et Paltrinieri signant respectivement la deuxième et la meilleure lors de cette même finale que le controversé Sun Yang a terminé en sixième position seulement.


Milak fait tomber Phelps !

La sensation de cette 4eme journée est venue du 200m papillon. En finale, Kristof Milak a en effet fait tomber le record du légendaire Michael Phelps, vieux de dix ans (1'51"51 en 2009). Un exploit d'autant plus phénoménal que le petit prodige hongrois est devenu ce mercredi à Gwangju le tout premier nageur de l'histoire à boucler cette distance - la préférée de Phelps - en moins de 1'51", puisque même Phelps, lui-même, pourtant en panatlon polyuréthane ce jour-là, n'avait pas réussi à passer sous la marque mythique lors de son record. En devenant champion du Monde à seulement 19 ans dans ce temps record et vertigineux de 1'50"73, Milak s'est donc permis de pulvériser le chrono de Phelps de près d'une seconde.



Paradoxalement, lors de cette finale d'anthologie, c'est Chad Le Clos qui a longtemps été dans les temps pour battre le record de Phelps. Malheureusement pour le Sud-Africain, finalement 3eme en 1'54"15, il a craqué avant cette dernière longueur que seul Phelps avait longtemps semblé capable de réaliser, avant que Milak ne décide de tout casser sur son passage. A l'arrivée, c'est donc le jeune Hongrois auquel revient le costume de héros du jour.

Peaty en patron mais sans record

Au même titre qu'il avait survolé les séries et les demi-finales, Adam Peaty (24 ans) a écrasé mercredi soir la finale du 50m brasse. Seul au Monde une fois de plus, le Britannique a laissé tous ses concurrents dans son rétroviseur, le deuxième Felipe Lima terminant à six dixièmes de l'intouchable Peaty. Ce dernier s'adjuge ainsi un sixième titre mondial, et un troisième de rang sur cette distance dont il est le maître depuis 2015, début de son règne sur la planète brasse, qui l'a vu rafler tous les titres possibles en individuel entre 2015 et maintenant (six médailles d'or : trois doublés 100m-50m).



Seul petit regret peut-être pour le désormais triple vainqueur sortant sur les deux distances du sprint court, son temps, pourtant sensationnel, de 26"06 ne lui a pas permis d'améliorer son propre record du monde, qui reste donc bloqué à 25"95 (Budapest 2017). A noter que les deux Brésiliens qui ont accompagné le septuple champion du Monde sur le podium, Felipe Lima et Joao Gomes Junior, ne sont pas les premiers venus, puisque le premier est âgé de 34 ans quand le second a, lui, 33 ans.

Les Etats-Unis battus !

Détenteurs du record du monde et immenses favoris de la finale du 4x100m mixte, dernière course au programme de cette 4eme journée des Mondiaux, les Etats-Unis sont tombés de haut, battus à la touche par l'Australie (Larkin, Wilson, McKeon, Campbell). Alors que Caeleb Dressel avait lancé les Américains sur les bases du record du monde et du sacre après avoir réussi un énorme passage au 100m papillon, avec un phénoménal 49"33 lancé, la défaillance sur la dernière longueur de Simone Manuel, qui semblait pourtant capable de résister à l'Australienne, face à Cate Campbell, auteur d'un dernier 100m incroyable là aussi, a coûté la victoire à la Team US et une nouvelle médaille d'or pour Dressel (qui voulait battre son record de sept médailles d'or sur de mêmes Mondiaux). Un revers pour deux centièmes (3'39"09 contre 3'39"10) du quatuor américain composé de Dressel, Manuel, mais aussi Lilly King et Ryan Murphy qui se répercute également au classement des médailles, désormais dominé par l'Australie devant les Etats-Unis.

Pour revivre cette 4eme journée dans les conditions du direct, cliquez ici

Vos réactions doivent respecter nos CGU.