Manaudou : " Pas envie de reprendre pour faire une demie à Tokyo "

Manaudou : " Pas envie de reprendre pour faire une demie à Tokyo "©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le mardi 19 mars 2019 à 08h01

Officiellement sorti de sa longue pause (il ne parle pas de retraite) post-JO 2016, Florent Manaudou est revenu dans les colonnes de L'Equipe ce mardi sur les raisons de son retour. Le champion olympique 2012 du 50m, âgé de 28 ans, ne compte pas faire de la figuration et pourrait revenir pour de nombreuses années.

Après Amaury Leveaux, qui a annoncé son retour à la compétition en septembre dernier, c'est donc un autre ancien nageur de la génération dorée française qui décide de replonger. A 28 ans, Florent Manaudou, qui avait décidé de faire une longue pause après les JO de Rio en 2016 (« je n'ai jamais signé de lettre de retraite », assure-t-il) pour se consacrer, entre autres, à une petite carrière de handballeur à Aix-en-Provence, est revenu ce mardi dans les colonnes de L'Equipe sur les raisons de ce retour. « Il y a eu plusieurs étapes. Quand j'ai commenté les Championnats du monde à Budapest (en juillet 2017) et les Championnats d'Europe à Glasgow (en août 2018), j'étais très content de le faire. C'était génial mais j'étais dans un entre-deux. Pendant le 50 m, j'essayais de me projeter, de me dire : si j'étais là, je ferais quoi à la place de ce mec-là ? À Glasgow, j'ai discuté avec James (Gibson, son entraîneur lors de son titre olympique en 2012). Il m'a dit que je pouvais encore faire quelque chose, qu'il entraînait à Antalya (Turquie) pour Energy Standard, qu'il y avait de nouvelles installations, que le sport évoluait. Je voulais en faire partie. (...) La dernière étape a été les Interclubs (le 11 novembre dernier). Je m'étais lancé le défi avec Benjamin Stasiulis et Giacomo Perez Dortona (ses coéquipiers au Cercle des Nageurs de Marseille) de m'amuser sur un relais 10 x 50 m et un 100 m 4 nages. Je ne pensais pas nager si vite. Je pense qu'avec mon temps j'aurais pu être en finale des Championnats du monde un mois après. C'est du petit bain, du relais, mais je me suis dit : pourquoi ne pas recommencer à prendre du plaisir ? »

Manaudou en Turquie trois semaines sur cinq

Le champion olympique 2012 du 50m a donc décidé de replonger et s'entraînera trois semaines sur cinq à Turquie, où il côtoiera notamment le Britannique Ben Proud (24 ans), l'un des deux nageurs (avec l'Américain Caeleb Dressel, 22 ans) à avoir nagé plus vite que lui depuis son retrait des bassins. « Je ne voulais pas reprendre à 100 % au Cercle des Nageurs de Marseille parce que ça aurait été un pas en arrière. J'y serai licencié pour les compétitions nationales et j'en suis très content, mais je ne voulais pas avoir la même vie qu'avant. Le fait que James soit à Antalya, ça va me faire du bien. Je vais côtoyer d'autres nageurs, faire un circuit un peu différent. »

Paris 2024 dans un coin de sa tête

Florent Manaudou, qui dit avoir « pris énormément d'explosivité dans les jambes » grâce au handball, espère « faire une compétition pendant l'été » avant de se consacrer au nouveau circuit de petit bassin qui se déroulera à l'automne et l'hiver prochain, l'International Swimming League. Restera ensuite à décrocher une qualification pour les JO de Tokyo, où il ne compte pas faire de la figuration : « Je n'ai pas envie de reprendre pour faire une demi-finale aux Jeux de Tokyo. J'ai envie de gagner, bien sûr. » Et quitte à revenir pour Tokyo, pourquoi ne pas pousser jusqu'à Paris 2024 ? « Je me dis qu'il y a le même nombre d'années qu'entre mon arrivée au Cercle (à Marseille) et les Jeux de Rio. Et des choses se sont passées entre 2011 et 2016 ! Je prends les étapes une par une. Je pense d'abord à performer, à retrouver le niveau, à nager vite en petit bain en fin d'année à l'ISL, à me qualifier pour les Jeux, à bien faire à Tokyo. Cinq ans, ça peut être très long et très court aussi. » Surtout s'il parvient à enchaîner les médailles comme à sa plus grande époque !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.