Les piscines toujours dans l'attente

Les piscines toujours dans l'attente©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le dimanche 17 mai 2020 à 15h42

Si de nombreux sportifs ont pu reprendre l'entraînement suite au déconfinement, ce n'est pas le cas de certains nageurs de haut niveau, alors que la réouverture des piscines peut se révéler très disparate.



"J'ai hâte de pouvoir nager et me dépenser. Je suis en manque. Ça fait deux mois que je ne fais rien, j'ai perdu des muscles. Finalement, ça me manque de ne plus nager 16 kilomètres par jour." Fantine Lesaffre savoure. La championne d'Europe en titre du 400 mètres quatre nages, qui s'est confiée au Parisien, fait partie des nageurs de haut niveau ayant pu reprendre l'entraînement suite au déconfinement. Car son club d'Antibes bénéficie de deux bassins extérieurs, et que la mairie a donné son accord.

Mais d'autres sont bien moins lotis. Notamment au Cercle des nageurs de Marseille, où l'on doit encore patienter, en attendant la décision du Préfet. "C'est pénible car on est prêts pour reprendre, on a installé des distributeurs de gel un peu partout et sécurisé les installations", raconte l'entraîneur Julien Jacquier, qui avoue vivre une situation "frustrante. Car on ne comprend pas pourquoi les parcs de la ville ou les centres commerciaux sont ouverts et pas nous. Il y a plus de risques à aller dans ces endroits que nager dans une eau avec du chlore qui sert de protection contre le virus."

"La FFN souhaite une réouverture rapide"

Si certains sportifs de haut niveau ne peuvent donc pas encore replonger, les autres pratiquants devront eux, au moins, patienter jusqu'au 2 juin. "C'est la date limite de l'application des règles actuelles. Il appartiendra alors aux préfets et aux municipalités de se mettre d'accord pour décider de l'ouverture ou non des établissements aquatiques", détaille le DTN Julien Issoulié sur le site de la FFN, soulignant que "la Fédération française de natation souhaite une réouverture rapide. Mais pas à n'importe quel prix ni dans n'importe quelle condition." Une fédération qui "n'a pas le pouvoir d'imposer une réouverture des piscines. Elle peut juste proposer un accompagnement aux collectivités."

Concernant les risques encourus, la Société française d'hygiène hospitalière rappelle qu'il n'existe aucune étude concernant la survie du Covid-19 dans l'eau de piscine. La SF2H précise toutefois dans son avis que "l'eau des piscines ne semble pas un lieu propice pour la survie et le développement des virus qui possèdent une enveloppe comme les virus grippaux ou les virus de la famille des coronavirus". Toutes les précautions seront néanmoins prises, que ce soit par les établissements mais aussi les nageurs, qui "doivent comme tout un chacun porter un masque, disposer de gel hydroalcoolique, respecter les gestes barrières et la distanciation sociale", déclare encore le DTN tricolore.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.