Filles, dopage, cannabis... Camille Lacourt se livre dans son autobiographie

Filles, dopage, cannabis... Camille Lacourt se livre dans son autobiographie©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le jeudi 18 avril 2019 à 19h00

Dans son autobiographie intitulée "Cinquante nuances de bleu", Camille Lacourt revient sur son parcours et n'hésite pas à livrer de nombreuses anecdotes sur sa vie personnelle. 20 Minutes a eu accès à certaines d'entre elles.



Retraité des bassins depuis bientôt deux ans, Camille Lacourt est désormais tourné vers d'autres projets tel que son rôle de consultant pour Canal+. L'ancien nageur a également eu le temps d'écrire son autobiographie "Cinquante nuances de bleu" dans laquelle il dévoile de nombreuses anecdotes sur sa carrière et sa vie personnelle. 20 Minutes a dévoilé quelques extraits de ce livre sur son site internet.

« Mesurer deux mètres me donne la sensation d'être à part »

Derrière son image de beau-gosse, Lacourt confie qu'il n'a pas toujours eu la vie facile avec les filles, en raison notamment de sa grande taille : « Ce n'est pas en partageant des vestiaires avec des mecs que je trouverai l'amour. Mesurer deux mètres me donne la sensation d'être à part. Ce n'est pas pratique de devoir se casser en deux pour rouler un patin en dansant un slow. » Néanmoins, la donne a rapidement changé au point de devenir un véritable sex-symbol après avoir glané de nombreux succès dans les bassins. « Pour certaines, je représentais une sorte de gibier, de cible. Ma présence provoque une effervescence, quasiment une ébullition chez la gent féminine », confie le natif de Narbonne.

Cigarettes et cannabis

Fait assez rare pour un sportif de notre époque, Lacourt reconnaît également dans son livre être un fumeur régulier. L'ancien nageur explique consommer en moyenne trois cigarettes par jour. Le quintuple champion du monde revient également sur son expérimentation du cannabis lors d'une randonnée au Cambre d'Aze à l'occasion d'un moment où il voulait faire le point sur sa vie. Malgré quelques vertiges, cette expérience a été «le virage de son existence» selon ses dires.

« Un cocktail de protéines »

Concernant le dopage qu'il évoque également dans ce livre, Lacourt explique n'avoir « jamais vu circuler la moindre drogue, le moindre dopage » au Cercle des nageurs de Marseille où il a passé la majeure partie de sa carrière. Il reconnaît néanmoins avoir pris de la créatine sans savoir ce que c'était réellement : « J'étais old school au départ, pour moi, ce cocktail de protéines relevait du dopage autorisé ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.