Championnats du Monde (eau libre) : Les Bleus déçoivent sur le relais mixte

Championnats du Monde (eau libre) : Les Bleus déçoivent sur le relais mixte©FFN, Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le jeudi 18 juillet 2019 à 08h06

Alors qu'elle remettait son titre des précédents Mondiaux en jeu, l'équipe de France (Muller, Grangeon, Olivier, Aubry) est tombée de haut, ce jeudi à Yeosu (Corée du Sud) lors du relais mixte 5 km en eau libre des Championnats du Monde en ne prenant que la sixième place finale, loin derrière l'Allemagne, qui succède aux Bleus au palmarès.

Les Bleus déchus. Sacrée il y a deux ans à Budapest (Hongrie) sur le relais mixte 5 km en eau libre, l'équipe de France remettait son titre mondial en jeu, ce jeudi à Yeosu (Corée du Sud). Malheureusement pour les Tricolores, vainqueurs sortants, cette défense de titre ne s'est pas du tout passée comme prévu.Et au lieu du doublé escompté, c'est une décevante sixième place que les Français ont signée sur ce relais au lendemain de la médaille d'argent obtenue par Aurélie Muller, venue emboîter le pas de Marc-Antoine Olivier (10 km) et Logan Fontaine (5 km), eux aussi vice-champions du Monde lors de ces Mondiaux sud-coréens. Des trois médaillés français précédemment cités, seuls Muller et Olivier étaient de ce quatuor passé au travers, jeudi sur un relais mixte auquel ont également participé David Aubry et Lara Grangeon. Mais aucun des quatre membres du relais français n'a su relever le niveau et c'est en toute logique que les Bleus, rapidement décrochés par les meilleurs, ont terminé loin derrière le vainqueur du jour et nouveau champion du Monde l'Allemagne.

Olivier : « Il n'y a pas de secret »



Avec un temps final de 54'37", Grangeon, Aubry, Muller et Olivier accusent 38 secondes de retard sur les Allemands à l'arrivée, tandis que l'Italie et les Etats-Unis ne se sont pas gênés eux non plus pour profiter de la défaillance des grands favoris et se hisser respectivement sur la deuxième et la troisième place du podium. Après-coup, la France, à l'image d'un Marc-Antoine Olivier désabusé, ne se cherchait d'ailleurs aucune excuse. « Il n'y a pas de secret, quand on démarre mal, c'est dur pour toute l'équipe derrière, avouait le dernier relayeur français sur ce 5 km à vite oublier. On se retrouve dans le bouillon avec tout le monde et c'est dur de faire sa place. Dans le dernier tour, il y a trois garçons qui nagent vite devant, on ne peut rien faire. » En attendant la clôture de l'eau libre, vendredi avec le 25 km, l'équipe de France reste donc sur trois médailles, toutes en argent.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.