Riner, retrouvailles en Guadeloupe

Riner, retrouvailles en Guadeloupe©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mercredi 17 juin 2020 à 12h03

En vacances en Guadeloupe, Teddy Riner a retrouvé Nico Kanning, son sparring-partner depuis plus de dix ans, qui avait contracté le Covid-19 en mars et que le double champion olympique n'a pas vu pendant trois mois.



C'est l'ombre de Teddy Riner. Depuis plus d'une décennie, Nico Kanning partage tout, ou presque, avec Teddy Riner. Des camps d'entraînement aux compétitions et autres tournois, le judoka allemand est le fidèle sparring-partner du Français. "On se voit plus souvent que nos familles respectives", avouait-il récemment dans les colonnes du Märkische Allgemeine Zeitung. Mariée à l'ex-judokate tricolore Lucie Louette, sacrée championne d'Europe en 2013, celui qui a arrêté sa carrière de haut niveau en 2009 se retrouve au tapis 70 fois lors de chaque séance avec Riner. Un duo qui n'a pas pu se voir pendant trois mois en raison de la crise sanitaire. Et qui s'est retrouvé avec beaucoup de plaisir en Guadeloupe, où Riner est venu en famille ainsi qu'avec son coach, Franck Chambily, et son préparateur physique, Yann Morisseau.

Il a contracté le Covid-19

"Trois mois sans chuter, ça fait du bien, en rigole Kanning, interrogé par Le Parisien. Physiquement, je pense qu'on n'est pas mal. J'avais vu les vidéos que Teddy a faites durant le confinement, je peux vous assurer qu'il est affûté. On attend encore quelques jours pour refaire du judo, mais ça va faire mal... Enfin c'est surtout moi qui vais avoir mal !" L'interdiction des contacts devrait être levée le 22 juin, et les deux hommes vont donc pouvoir de nouveau s'entraîner ensemble. Ce qu'apprécie d'autant plus l'Allemand, qui avait contracté le Covid-19 en mars. "J'étais essoufflé, j'avais perdu l'odorat, un comble pour moi qui aime cuisiner. Mais j'ai eu la chance de bien m'en sortir, confie-t-il. J'ai fait un test avant de partir qui était négatif, je suis sorti très peu depuis le déconfinement afin de limiter les risques. Pour moi, pour ma famille mais aussi pour Teddy car ma mission, c'est toujours de l'aider à décrocher un troisième titre olympique."


"Ma compétition à moi, c'est l'entraînement"

Son but, désormais, est donc d'aider Riner à devenir, l'an prochain à Tokyo, le premier judoka à remporter trois sacres olympiques consécutifs chez les lourds. Et il avoue avoir pris personnellement la défaite du Français, après 154 victoires de rang, face au Japonais Kokoro Kageura en février au Grand Slam de Paris. "Je me suis demandé si j'avais tout bien fait en préparation, si j'étais suffisamment en forme. Ma compétition à moi, c'est l'entraînement. Si je ne suis pas suffisamment préparé, si je ne peux pas suivre Teddy, je ne peux pas l'aider", racontait-il encore au quotidien allemand.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.