Mondiaux : La France cède en finale face au Japon

Mondiaux : La France cède en finale face au Japon©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le jeudi 27 septembre 2018 à 12h00

L'équipe de France a été facilement battue dans la finale du tournoi par équipes des Championnats du Monde de Bakou, ce jeudi. Après avoir dominé la Russie en demi-finale, les Bleus, troisièmes l'année dernière à Budapest, ont cédé face au Japon.

Les Bleus savaient ce qui les attendaient en affrontant le Japon. Seize des dix-huit athlètes engagés dans les compétitions individuelles étaient parvenus à décrocher une médaille, dont sept titres. Une razzia de médailles qui laissait fortement présager de l'issue de cette finale pour les Français, qui n'avaient rien à perdre. Ou plutôt, tout à gagner, à l'image de Cyrille Maret, qui affrontait le médaillé de bronze des poids lourds. Mais malgré son agressivité en début de combat, il n'a pas réussi à faire tomber le Japonais Hisayoshi Harasawa, et a fini par s'incliner au cours du Golden Score, sur Uchi-mata. La France s'est ensuite rapidement retrouvée menée 3-0, après les défaites de Priscilla Gneto à dix secondes de la fin (ippon, contre Isaya Yoshida, championne du monde des -57 kg) et de Guillaume Chaine aux pénalités contre Arata Tatsukawa. Les Japonais, alors à un succès du titre par équipes, ont dû patienter avant de célébrer leur succès annoncé. Notamment parce que Marie-Eve Gahié, en argent en -70kg, a dominé la médaillée de bronze de cette même catégorie, Yoko Ono (ippon). Shoichiro Mukai a finalement bouclé l'affaire face à Axel Clerget, bronzé en -90 kg, mais incapable de résister à son adversaire en fin de journée. Comme attendu, les Nippons sont champions du monde par équipes. Mais la médaille d'argent des Bleus, elle, n'était pas gagnée d'avance. Surtout sans Teddy Riner.

Si vous avez manqué le début de la journée

Troisième l'année dernière à Budapest, l'équipe de France étaient d'ores et déjà assurés de repartir de Bakou (Azerbaïdjan) avec un meilleur résultat sur le tournoi par équipes mixtes des Mondiaux 2018, après leur large succès face à la Russie (4-1), ce jeudi midi en demi-finale. La rencontre avait pourtant mal commencé pour les Tricolores et Anne-Fatoumata M'Bairo surprise d'entrée sur un ippon de la Russe Gasparian (+70 kg). Mais Cyrille Maret, sur un waza-ari à quelques secondes de la fin face à Zankishiev (+90 kg) faisait oublier ses deux pénalités pour remettre les deux équipes à égalité sous les yeux de Vladimir Poutine. Le président russe assistait ensuite au succès de Priscilla Gneto face à Golovida, pénalisée à deux reprises et qui cédait sur un waza-ari au golden score chez les -57 kg. La France menait alors 2-1, puis 3-1 après que Guillaume Chaine (-73 kg), héros du premier tour face à la Hongrie, voyait son waza-ari d'abord retiré puis validé après vérification vidéo contre un Iartcev éteint. Le break était fait pour les Bleus, avant que la médaillée d'argent de la catégorie des -70 kg Marie-Eve Gahié n'entre dans la danse. Déjà vainqueur de Prokopenko dans la semaine en individuel au premier tour, la judokate parisienne a fait revivre le même calvaire à la Russe, de nouveau incapable de résister à notre représentante. Gahié l'emporte sur waza-ari suivi d'une immobilisation et envoie les Bleus en finale, où les attend un énorme morceau le Japon.

En quête d'une nouvelle médaille après sa troisième place à Budapest l'année dernière, la France est en passe de réaliser son objectif. Qualifiés dans la douleur aux dépens de la Hongrie (4-2), plus tôt dans la matinée pour leur entrée dans ce tournoi par équipes mixtes de ces Mondiaux de Bakou, les Bleus ont décroché leur billet pour les demi-finales. Comme au premier tour face aux Hongrois, la France a souffert pour se débarrasser du Brésil, d'ailleurs sur le même score (4-2) en quarts de finale, mais l'essentiel était de poursuivre l'aventure, et les Tricolores l'ont fait. Après une entame parfaite pour mener 2-0 grâce à Axel Clerget (-90kg) et Anne-Fatoumata M'Bairo (+70kg), les protégés de Lucie Decosse ont vu leur élan freiné par Moura, venue réduire le score en s'imposant sur ippon face à Cyrille Maret (+90kg). Mais les Bleus repartaient de plus belle, et Hélène Receveaux (-57kg) leur redonnait deux points d'avance grâce à un juji gatame sur la championne olympique de Rio Silva. Il ne restait plus qu'un point à marquer pour passer. Guillaume Chaine (-73kg), qui avait libéré les siens face aux Hongrois, était cette fois battu sur ippon, par Lima. Comme un symbole, c'est la leader de cette équipe de France privée de son chef de file Teddy Riner qui allait apporter ce point décisif. Surprise au premier match sur un mouvement d'épaule de son adversaire hongroise, Clarisse Agbegnenou (-70kg) a pris le dessus sur Maria Portela au golden score en profitant du jeu des pénalités (trois pour la Brésilienne contre une seule pour la Française) pour se sortir des griffes de cette judokate de la catégorie supérieure.

Départ dans la douleur pour les Bleus. Troisième des derniers Mondiaux sur l'épreuve par équipes mixtes, en 2017 à Budapest, la France s'est fait peur ce jeudi face à la Hongrie (4-2) au premier tour lors des Championnats du Monde. Après les défaites de la triple championne du monde Clarisse Agbegnenou chez les -70kg sur ippon face à Szabina Gercsak et d'Aurélien Desse dans la catégorie des -90kg (waza-ari contre Krisztian Toth), les Tricolores, partis avec un point d'avance sur leurs adversaires étant donné que les Hongrois s'étaient présentés avec un compétiteur en moins, se sont retrouvé menés 2-1 avant de réagir. Une réaction portant les noms d'Audrey Tcheuméo, Cyrille Maret et Guillaume Chaine. La première, passée au travers mardi en +70kg, a égalisé en s'imposant face à Mercedesz Szigetvari au golden score, avant que Cyrille Maret, médaillé de bronze en +90kg, ne remettent les Bleus devant aux dépens de Barna Bor sur kumikata. Lors du combat suivant, Guillaume Chaine, opposé à Frigyes Szabo (-73kg), a apporté le point de la délivrance à la France en venant à bout du Hongrois sur o-huchi-gari. Pour une place dans le bloc final, la France devra écarter le Brésil de sa route. Pas une mince affaire.

Avec S. B.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.