La grève de l'INSEP n'est pas fondée pour Cyrille Maret

La grève de l'INSEP n'est pas fondée pour Cyrille Maret©Media365

Alicia Foricher, publié le mardi 10 octobre 2017 à 12h21

« Il y a des revendications que je soutiens, d'autres pas » a jugé Cyrille Maret. Le médaillé de bronze olympique 2016 regrette sa participation au mouvement de grève des judokas de l'INSEP. En effet depuis lundi, ils sont plus d'une centaine de judokas à refuser de s'entraîner. Cyrille Maret fait partie de ces grévistes, mais le champion olympique commence à regretter son choix.

« J'estime qu'il est bon, par exemple, que les coachs de club viennent sur le tapis de l'INSEP. Pas cinq fois par semaine comme certains le demandent, mais deux ou trois fois. Je crois aussi qu'il faut que nous élisions des représentants pour établir un dialogue permanent avec la Fédération et notre staff national. C'est ce qui manque. Ces doléances sont acceptables et c'est la raison pour laquelle j'étais, comme cinq autres, contre le boycott de l'INSEP. »

Depuis lundi pourtant, un stage avec des judokas étrangers est organisé par la FFJDA . Mais seuls cinq Français étaient présents, en revanche, aucun athlète de l'équipe de France des derniers Mondiaux ou lors des récents rendez-vous internationaux n'était là. Les Azerbaïdjanais et les Marocains se sont sentis bien seuls. Cyrille Maret s'explique sur le sujet. « Concernant les récents mauvais résultats de l'équipe de France masculine, je pense que nous sommes tous fautifs. D'abord, les athlètes et, ensuite, les entraîneurs nationaux ou de club. On aurait pu trouver d'autres solutions pour se faire entendre. Si j'ai suivi le mouvement, pour aujourd'hui et seulement aujourd'hui, c'est pour exprimer ma solidarité. Mais, en fait, j'ai l'impression de m'être fait piéger parce que je suis contre plein de revendications. Je suis en colère. A fortiori parce qu'on manque de respect aux étrangers qu'on a invités à ce stage. Je n'étais pas sur le tapis ce matin et ça me bouffe. J'y serai demain (mardi). » Des paroles qui sonnent comme des excuses. Mais selon lespritdujudo.com, la Fédération française de judo aurait déjà décidé d'écarter Cyrille Maret des championnats du Monde Open de Marrakech les 11 et 12 novembre prochain. Une réunion entre les présidents de club et Jean-Luc Rougé, président de la FFJ est organisée ce mardi soir.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - La grève de l'INSEP n'est pas fondée pour Cyrille Maret
  • Encore un qui se dégonfle. Dans la vie il faut prendre des décisions :bonne ou mauvaise il fallait en prendre une et ne rien regretter en allant jusqu'au bout .

  • J'AI L'IMPRESSION QUE SON Q I DOIT ETRE LE MEME QUE NOMBRE DE SPORTIFS