Judo - Championnats du Monde : Gahié en argent, Clerget en bronze

Judo - Championnats du Monde : Gahié en argent, Clerget en bronze©Media365

Aurélien CANOT, publié le lundi 24 septembre 2018 à 15h52

Battue pour le bronze l'année dernière, la jeune Française Marie-Eve Gahié (21 ans) a cette fois buté sur l'or. Axel Clerget s'est lui offert sa première médaille de bronze.

Battue pour le bronze l'année dernière, Marie-Eve Gahié s'est cette fois cassé les dents sur l'or. Opposée en finale à la championne du monde en titre Chizuru Arai, la jeune judokate française de 21 ans avait pourtant entamé magnifiquement le combat, en menant 1-0 sur waza-ari après seulement vingt secondes. Passée tout près du break, son autre waza-ari n'étant pas validé, Gahié s'est malheureusement fait surprendre ensuite à deux reprises sur la même action de la Japonaise. Sur sa première attaque, Arai égalisait tout d'abord, là aussi sur waza-ari, avant de profiter d'une ouverture de la Parisienne pour l'immobiliser au sol sur une prise de soumission et remporter cette finale sur ippon. Une défaite cruelle pour Marie-Eve Gahié, certes argentée (sa première médaille mondiale chez les seniors), mais passée à deux doigts de la victoire face à la désormais double championne du monde en titre.


Clerget en bronze


L'argent pour Gahié et le bronze pour Axel Clerget. Sorti de sa demi-finale avec un goût amer après ce contre du Cubain Morales alors que c'est lui qui avait porté l'attaque, le Français s'est consolé lors de la finale pour la troisième place qu'il a remporté aux dépens de l'Allemand Eduard Trippel, décrochant ainsi le bronze. Mené sur un waza-ari de Trippel, le natif de Saint-Dizier, qui aura donc attendu ses 31 ans pour enfin grimper sur un podium mondial, a renversé la vapeur sur un ippon après avoir immobilisé son adversaire au sol. La marque de fabrique de Clerget, devenu lundi le premier Tricolore médaillé chez les hommes sur un Championnat du Monde depuis... Teddy Riner, ponctuant ainsi une très belle journée pour les Bleus, qui en sont désormais à quatre médailles.



Si vous avez manqué le début de la journée

Dans le pire des cas, Marie-Eve Gahié quittera ces Mondiaux de Bakou avec une médaille d'argent. Battue pour le bronze l'année dernière, la jeune judokate française de 21 ans s'est qualifiée ce lundi pour la première finale de sa carrière en Championnats du Monde en s'imposant par ippon sur immobilisation au sol en demi-finales face à la Marocaine Asmaa Niang. Avec cette finale à venir pour la Parisienne, qui n'avait encore jamais atteint ce stade de la compétition, l'équipe de France est d'ores et déjà assurée d'ajouter une troisième médaille à son compteur, après la troisième place d'Amandine Buchard chez les -52kg et le nouveau sacre de Clarisse Agbegnenou dans la catégorie des -63kg. Pas de finale en revanche chez les hommes pour Axel Clerget, qui ne lutte plus que pour une médaille de bronze après sa défaite en demi-finales face au Cubain Morales. Le Français, surpris sur un ippon, a crié au scandale, assurant que son adversaire ne l'avait pas attaqué ni effectué d'action de bras, mais profité de l'action de Clerget, qui avait tenté de mettre son adversaire au sol. Une protestation vaine, les arbitres ayant, eux, estimé après arbitrage vidéo que Morales avait bien l'intention de mettre notre représentant sur le dos et n'avait fait que contrer le Français, lui plaçant un ippon ensuite sur un mouvement de bras. Effondré, Clerget a quitté le tatami fou de rage.

Axel Clerget et Marie-Eve Gahié en demi-finales, Aurélien Diesse hors-course mais avec les honneurs. Au lendemain du troisième sacre mondial de Clarisse Agbegnenou, les Bleus peuvent rêver d'une nouvelle médaille après la superbe matinée de Clerget et Gahié, tous deux toujours en course lors des Championnats du Monde de Bakou (Azerbaïdjan) avant d'aborder le bloc final de l'après-midi. Vainqueur sur ippon du Biélorusse Yahor Varapayeu de son premier combat de la journée, dans la catégorie des -90kg, le Français s'est offert ensuite sur waza-ari puis ippon le Coréen Donghan Gwak, titré en 2015 et classé au quatrième rang mondial. Clerget a fait preuve de la même solidité lors de son quatrième combat du jour, face au Russe Khusen Khalmurzaev, lui aussi écarté sur un waza-ari du judoka né à Saint-Dizier, qui n'a pas vraiment tremblé non plus en quarts contre le Tadjik Komronshokh Ustopiriyon. Le champion de France 2015 par équipes n'a eu besoin que de 2'40" pour se débarrasser de son adversaire sur waza-ari et immobilisation.


Une recette waza-aro - immobilisation qui a également ouvert les portes des demies à Marie-Eve Gahié, un peu plus tôt dans la catégorie des -70 kg. Mais si la Française avait souffert au tour précédent avant de se sortir au golden score sur waza-ari du piège constitué par la Canadienne Emily Burt, elle s'est montré expéditive lors de son quart de finale face à la Britannique Sally Conway, pourtant médaillée de bronze aux Jeux de Rio il y a deux ans. La jeune Française avait passé encore moins de temps sur le tatami (trente secondes) lors de son premier combat, contre la Russe Alena Prokopenko. Pour sa deuxième participation aux championnats du monde séniors, Gahié peut continuer de rêver.


Chez les -90 kg, l'espoir de médaille s'est en revanche envolé pour Aurélien Diesse. Vainqueur sur ippon pour son entrée dans le tournoi, face au Canadien Zachary Burt (frère d'Emily, battue difficilement par Gahié), le Français a pourtant réussi l'exploit de ce lundi à Bakou en disposant au deuxième tour du champion du monde en titre Nemanja Majdov. Profitant de la fatigue générale du Serbe après quinze minutes de combat marquées par la blessure de Majdov, contraint de s'absenter pendant cinq minutes pour soigner une coupure, Diesse a pris le dessus au golden score. Une performance de taille qu'il a en revanche payé ensuite. Fatigué, il n'était plus en état de lutter à armes égales avec le Cubain Ashley Gonzalez. Le champion du monde 2013, deuxième lors des Jeux de Londres 2012, a profité de l'usure de son adversaire pour le surprendre dans le temps additionnel, au golden score. Après-coup, Diesse a reconnu que le combat précédent avait laissé des traces, mais il regrettait d'en avoir gardé sous le pied face au Cubain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.