Championnats du monde : Quatrième titre mondial pour Agbegnenou, Djalo a déçu

Championnats du monde : Quatrième titre mondial pour Agbegnenou, Djalo a déçu©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 28 août 2019 à 13h46

A l'issue d'une finale intense et presque interminable, Clarisse Agbegnenou est allé chercher son quatrième titre mondial. Chez les -81kg, Alpha Djalo s'est arrêté au troisième tour.

Sacrée en 2014, 2017 et 2018, Clarisse Agbegnenou a ajouté une quatrième étoile à son kimono. Mais, sur le tatami qui accueillera les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, c'est au bout d'une finale incroyable d'intensité et de durée. Devant son public, Miku Tashiro a tout donné pour essentiellement contrer la Française, bloquer ses angles d'attaque tout en essayant de faire reculer son adversaire pour la mettre à la faute. Les quatre minutes initiales n'ont pas suffi pour départager les deux combattantes et, au jeu des pénalités, Clarisse Agbegnenou s'est retrouvée dos au mur, à une erreur de céder sa couronne mondiale. Le « Golden Score », prolongation où le combat se poursuit jusqu'à ce que la décision se fasse, a duré pas moins de sept minutes. Ce n'est qu'au bout de onze minutes d'un combat exigeant, où la Japonaise a paru plus endurante que tout a changé. Après avoir contré une attaque de Miku Tashiro, la Française a su emmener son adversaire au sol puis faire le mouvement qu'il fallait pour la faire pivoter et mettre le dos au sol. Un waza-ari qui a mis un terme au combat et offert ce quatrième titre à Clarisse Agbegnenou,, et la première médaille du clan tricolore dans ces Mondiaux. « Ça a été très, très dur. Je suis tellement contente de l'avoir fait. Je l'ai fait avec mes tripes, au bout du bout. Mais ça fait du bien. J'ai réussi, a déclaré la quadruple championne du monde à la sortie du tatami au micro de la chaîne L'Equipe. Tout le monde m'attend mais je vois que je ne lâche pas même quand c'est dur. Je suis fière de moi aujourd'hui. J'étais contente d'avoir réservé mon gaz pour la finale qui allait être très dure. C'est l'avant-Jeux et aux Jeux je sais à quoi m'attendre. C'est bien d'avoir une préparation comme ça. Je suis fière, j'ai été tenace. Je n'aurais pas imaginé, en commençant le judo, que j'allais gagner quatre fois. Je l'ai fait, j'ai aussi ouvert le compteur pour la France, j'espère qu'il y en aura d'autres derrière. » A un an des JO, le rendez-vous est déjà pris !


Agbegnenou expéditive avant sa finale

Avant cette finale, la Française a surclassé ses adversaires à l'occasion de ses trois premiers combats. Pour son entrée en lice face à la Britannique Alice Schlesinger, le combat n'a duré que... douze secondes avec un ippon qui a rapidement mis un terme à l'affrontement. La Mexicaine Prisca Awiti Alcaraz a foulé le tatami avec une tout autre ambition et a proposé une vraie adversité à Clarisse Agbegnenou. Sauf que la Française a su répondre et, après un waza-ari, c'est par ippon qu'elle a mis un terme au combat après 66 secondes pour se qualifier en quarts de finale. Un duel face à la Taiwanaise Yu-Jung Liao qui n'a pas duré plus de 13 secondes, Clarisse Agbegnenou mettant ippon son adversaire sur sa première attaque. La qualifications pour la finale a été plus laborieuse car la Française a disputé un combat complet face à la Néerlandaise Juul Franssen. Si cette dernière n'a pas hésité à attaquer, mettant en difficulté la tenante du titre, elle a été contrée et piégée. L'immobilisation réussie par Clarisse Agbegnenou n'a toutefois pas duré assez longtemps pour permettre un ippon. Le waza-ari obtenu dans la manœuvre, à une minute du terme du combat, a suffi pour la Tricolore.


Djalo en échec, les -81kg pas encore aux JO

Autre catégorie en lice sur les tatamis du Nippon Budokai, qui accueillera les épreuves de judo, mais également de karaté, lors des Jeux Olympiques de Tokyo l'an prochain, les moins de 81kg n'ont pas souri aux Français. Seul Tricolore engagé, Alpha Djalo n'est pas allé plus loin que le troisième tour. Exempté du premier, le judoka de 22 ans a passé sur ippon le deuxième tour face au Thaïlandais Masayuki Terada. Mais l'Egyptien Abdelrahman Mohamed s'est montré trop fort pour Alpha Djalo, battu sur ippon à 30 secondes de la fin du combat, étant contré par son adversaire. « Je m'engage, mais je prends une valeur. Après, à une minute de la fin, il faut s'engager, attaquer à 100 %, et je n'y étais peut-être pas, a déclaré le Français au micro de la chaîne L'Equipe. C'est quelqu'un d'assez physique. Il y a eu beaucoup d'agressivité, peut-être plus chez lui. C'est la déception, il n'y a rien à dire je suis tombé deux fois. Mais j'ai beaucoup appris cette année. » Une défaite précoce qui ne permet pas à la catégorie d'obtenir un quota olympique à un an de l'échéance.



Les podiums du jour :
-63kg : Clarisse Agbegnenou (FRA) en or, Miku Tashiro (JAP) en argent, Jull Franssen (PBS) et Martyna Trajdos (ALL) en bronze

-81kg : Muki Sagi (ISR) en or, Matthias Casse (BEL) en argent, Luka Maisuradze (GEO) et Antoine Valois-Fortier (CAN) en bronze

Tableau des médailles (après 4 journées sur 7)
1- Japon : 9 (3 en or, 3 en argent, 3 en bronze)
2- Canada : 2 (1 en or, 1 en argent)
- Géorgie : 2 (1 en or, 1 en argent
4- France : 1 (1 en or)
5- Israël : 1 (1 en or)
- Ukraine : 1 (1 en or)
7- Russie : 2 (1 en argent, 1 en bronze)
8- Azerbaïdjan : 2 (1 en argent, 1 en bronze)
9- Belgique : 1 (1 en argent)
- Ouzbékistan : 1 (1 en argent)
11- Corée du Sud : 1 (1 en argent)
12- Kosovo : 2 (2 en bronze)
13- Kazakhstan : 1 (1 en bronze)
- Mongolie : 1 (1 en bronze)
15- Pays-Bas : 1 (1 en bronze)
16- Allemagne : 1 (1 en bronze
17- Brésil : 1 (1 en bronze)
- Moldavie : 1 (1 en bronze)
- Pologne : 1 (1 en bronze)

Les Français en lice jeudi : Axel Clerget en -90kg, Margaux Pinot et Marie-Eve Gahié en -70kg

Vos réactions doivent respecter nos CGU.