Championnats du monde : Le triplé pour Agbegnenou !

Championnats du monde : Le triplé pour Agbegnenou !©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le dimanche 23 septembre 2018 à 14h30

Deux Français étaient en lice ce dimanche lors de la quatrième journée des championnats du monde de judo, à Bakou en Azerbaïdjan : Alpha Djalo, septième des derniers championnats d'Europe, en -81kg, et Clarisse Agbegnenou, double championne du monde, en -63kg. Résultat : un titre mondial et une élimination au deuxième tour.


Deuxième médaille pour la France aux championnats du monde de Bakou en Azerbaïdjan ! Après Amandine Buchard, médaillée de bronze en -52kg vendredi, c'est Clarisse Agbegnenou qui a décroché un troisième titre mondial en -63kg. Déjà sacrée en 2014 et 2017, la native de Rennes signe un incroyable triplé, alors qu'elle fêtera seulement ses 26 ans le mois prochain. En finale, la vice-championne olympique a été poussée dans ses retranchements par la Japonaise Miku Tashiro (24 ans), double médaillée de bronze mondiale, qui avait créé la sensation en battant la championne olympique en titre et grande rivale d'Agbegnenou, la Slovène Tina Trstenjak, en demi-finale. Après quatre minutes de combat où aucune des deux filles n'est parvenue à marquer, la Française (qui avait remporté sept de leurs huit précédents combats) s'est finalement imposée en réussissant un ippon après 50 secondes de golden score. Magnifique ! Avec trois titres mondiaux, trois titres européens et une médaille olympique à seulement 25 ans, Agbegnenou possède déjà l'un des plus beaux palmarès du judo français.

Un début de journée assez tranquille pour Agbegnenou


La sociétaire du club de Champigny avait débuté son tournoi par un combat contre la Mongole Gankhaich Bold (23 ans), cinquième des derniers Jeux Asiatiques. Face à une adversaire coriace, qui lui a fait peur avec un joli mouvement de hanche à mi-combat, la Française a finalement mis Bold ippon (deuxième waza-ari) à une seconde la fin. Après cette entame solide, Agbegnenou était opposée à la la Turque Busra Katipoglu (26 ans), qu'elle avait battue lors de son parcours vers la médaille d'argent olympique à Rio en 2016, au tour suivant. Et la double championne du monde, très sereine, a fait encore mieux, puisqu'elle a réussi à immobiliser son adversaire à 1'11 de la fin. En quarts de finale, Agbegnenou combattait contre l'Australienne Katharina Haecker (26 ans), quintuple championne d'Océanie en titre, qu'elle n'avait encore jamais affrontée. Cette première confrontation a tourné à la démonstration, avec un nouveau ippon après 1'47 de combat. Une formalité pour la vice-championne olympique. En demi-finale, elle avait battu la pour la dixième fois en onze combats l'Allemande Martyna Trajdos (29 ans), troisième des derniers championnats d'Europe (qu'Agbegnenou a remportés), avec un ippon au bout de 31 secondes.


Djalo éliminé dès le deuxième tour


L'autre Français en lice ce dimanche étaient bien moins connu. Il s'agit d'Alpha Djalo, septième des derniers championnats d'Europe en -81kg, et qui visait le podium. Et sa journée avait bien commencé, avec une victoire sur ippon (deuxième waza-ari) après 3'52 de combat face au Monténégrin Gardasevic (23 ans). Mais son adversaire suivant était bien plus redoutable : le n°8 mondial japonais Sotaro Fujiwara (20 ans), champion d'Asie 2017, qui avait battu Djalo lors de leur unique confrontation en avril 2016. Et la logique a été respectée, avec une victoire du Japonais grâce à un waza-ari réussi un mi-combat. L'aventure s'arrête donc dès le deuxième tour pour le Français. La délégation masculine française est toujours bredouille...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.