Championnats du monde (H) : Des pressions exercées sur Saeid Mollaei pour éviter d'affronter un Israélien

Championnats du monde (H) : Des pressions exercées sur Saeid Mollaei pour éviter d'affronter un Israélien©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 01 septembre 2019 à 23h30

A l'occasion des récents championnats du monde de judo, l'Iranien Saeid Mollaei a terminé cinquième chez les -81kg et a affirmé avoir reçu des consignes pour éviter de combattre l'Israélien Sagi Muki en cours de tournoi.

Le Comité International Olympique met un point d'honneur à ce que la politique et le sport soient nettement séparés. Mais, cette semaine à Tokyo, lors des championnats du monde de judo, cette séparation a été durement mise à mal. En effet, à l'issue des épreuves, Saeid Mollaei a fait de troublantes révélations au média iranien Iran International, basé à Londres, et mis en cause des responsables politiques et sportifs de son pays au sujet de ses deux défaites dans la catégorie des moins de 81kg. « J'ai fait exprès de les perdre, à 100 %, a assuré l'Iranien. Reza Salehi Amiri (président du Comité Olympique Iranien, ndlr) puis Mohammad Reza Davarzani (ministre adjoint des sports de l'Iran, ndlr) m'ont appelé. Ils ont dit : 'M. Mollaei, ne combattez pas. Faites en sorte que la Fédération Internationale ne s'en rende pas compte et il n'y aura pas de problème'. » L'idée derrière cette demande est d'éviter un combat face à l'Israélien Sagi Muki, qui a été sacré champion du monde de la catégorie, car l'Iran ne reconnaît pas l'état d'Israël. Cela fait écho au comportement de l'Egyptien Mohamed Abdelaal, qui a refusé de serrer la main de l'Israélien à la suite de sa défaite, mais également à celui de l'Algérien Fethi Nourine, qui ne s'est pas présenté sur le tatami pour son combat face à Tohar Butbul chez les -73kg.

Mollaei demande de l'aide à l'IJF pour aller aux JO, l'Iran sanctionné ?

Cette sombre affaire pourrait ne pas rester sans conséquences pour la Fédération Iranienne de judo. Le président de la Fédération Internationale (IJF), Marius Vizer, a décidé d'organiser en urgence une réunion à ce sujet pour établir si Saeid Mollaei et ses proches ont effectivement subi des pressions de la part des autorités sportives iraniennes pour pousser l'athlète à truquer ses combats. Dans un tel cas, l'IJF pourrait décider de sanctions à l'encontre de la Fédération Iranienne de judo avec un précédent en tête, celui d'Alireza Karimi dont l'entraîneur avait été filmé intimant à sa protégée l'ordre de perdre volontairement face à une judokate venant d'Israël. En conséquence, Alireza Karimi avait été suspendue pour six mois et son entraîneur avait pris deux ans. De son côté, Saeid Mollaei s'est réfugié à Berlin après avoir quitté Tokyo et a demandé l'aide de l'IJF en vue des Jeux Olympiques de Tokyo, étant certain d'être banni de l'équipe d'Iran à la suite de ses déclarations, ce à quoi Marius Vizer s'est dit ouvert. « Nous ferons de notre mieux pour qu'il participe aux Jeux Olympiques, a assuré le président de l'IJF dans un communiqué. Nous verrons plus tard dans quelle équipe, il y a différentes options, mais il intégrera l'une d'entre elles pour les Jeux Olympiques. C'est notre mission de protéger nos athlètes, c'est clair. » Une affaire qui vient ternir ces championnats du monde organisés dans le pays du judo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.