Snowboardcross : Trespeuch "rassurée" avant les Jeux

Snowboardcross : Trespeuch "rassurée" avant les Jeux©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 10 janvier 2022 à 23h44

Huit ans après sa médaille de bronze en Russie, Chloé Trespeuch parviendra-t-elle à récidiver à 27 ans ? La Française reste en tout cas une des valeurs très sûres de sa discipline. Elle visera donc forcément une nouvelle breloque à Pékin.



Chloé Trespeuch sera une des grandes chances de médaille de l'équipe de France aux Jeux de Pékin. Ce week-end, en Russie, elle a réussi deux podiums en deux courses et pointe à la deuxième place du classement général de la Coupe du monde de snowboardcross. Elle se dit "contente d'être toujours dans le top 5" (pour L'Equipe), après avoir cumulé quatre podiums en six courses depuis le début de la saison : "J'ai encore des petites choses à travailler pour jouer devant, mais on a un peu de temps jusqu'aux Jeux. Encore un peu de travail dans les starts, ça me permettrait de faire des runs plus complets et de partir en même temps que les autres, ce serait plus confortable (sourire). Si j'arrive à faire des bons starts, au moins corrects, ce sera plus confortable et moins dangereux pour le reste de la course."

"J'ai réussi à gérer le stress et les émotions"

Elle n'est toutefois pas contre "le côté chasseuse" : "Etre derrière, j'aime bien aussi, car j'adore le côté stratégie, bien choisir son moment et sa ligne." Médaillée de bronze en 2014 à Sotchi, elle a trouvé "de bons repères pour la préparation des Jeux" : "Ça donne confiance, c'est positif. En plus, je n'étais pas dans le même état d'esprit les deux jours. Le premier, j'étais en confiance, moins le deuxième. Et j'ai quand même réussi à être performante, donc c'est ce qui m'a rassurée. D'un jour à l'autre, dans la tête, on n'est pas dans le même mood, et j'ai réussi à gérer le stress et les émotions. Je suis contente aussi de cette gestion mentale sur le début de saison."


Trespeuch a eu la chance d'aller tester en configuration réelle la piste de Pékin, à l'occasion de la première manche de la Coupe du monde en novembre, et elle rappelle que le parcours sera "ultra physique". Elle adapte toute sa préparation en ce sens : "On le fait spécifiquement : la même durée et essayer de retranscrire le même effort, afin que ce soit plus facile à vivre lors des Jeux."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.