Ski de fond (H) : Pas de Français en finale

Ski de fond (H) : Pas de Français en finale©Media365

Aurélien CANOT, Media365, publié le mardi 08 février 2022 à 12h57

Il n'y aura aucun Français en finale du sprint hommes en ski de fond. Richard Jouve et Lucas Chanavat, extrêmement déçus de rater la dernière marche, se sont arrêtés en demi-finales. Renaud Jay avait lui été stoppé en quarts de finale par une chute.

"C'est dur, on a tellement fait pour ça. Il n'y aucun de nous en finale, je suis dégoûté." Les larmes de Lucas Chanavat en apprenant que son compatriote et ami Richard Jouve ne serait pas non plus du rendez-vous en disent long sur la tristesse qui habitait le camp français, dont les deux représentants venaient de se faire éjecter aux portes de la finale. Chanavat comme Jouve pouvaient pourtant espérer légitimement une médaille au vu de leurs performances depuis le début de la journée. Le dernier avait ainsi signé le meilleur temps des qualifications tandis que le second avait remporté son quart de finale. La marche des demi-finales s'est en revanche avéré trop haute pour nos deux Bleus (le troisième Renaud Jay s'était arrêté en quarts de finale après avoir été victime d'une chute). Le hasard avait fait que Chanavat et Jouve figuraient dans la même demi-finale, la première, remportée par l'Italien Federico Pellegrino devant le champion du monde et olympique sortant le Norvégien Johannes Klaebo, encore grand favori pour le titre une fois de plus. Chavanat, cinquième ("J'ai eu du mal à garder ma vitesse dans la dernière bosse, il m'en a surtout manqué physiquement, c'est bien revenu vers la fin, mais ça va tellement vite que c'est dur à dire. C'est très dur"), a coincé. Jouve, en revanche, a tenu tête aux meilleurs avant de s'avouer vaincu au sprint, photo finish à l'appui. Troisième, le malheureux pouvait néanmoins encore se qualifier au temps. Pour cela, il aurait fallu que le troisième de la seconde demi-finale ne termine pas dans un meilleur temps que le Tricolore. "Il va falloir digérer ça, c'est dur", ne cachait pas à son tour le Briançonnais, également en larmes.

Si vous avez manqué les quarts de finale...

Ils étaient trois en quarts de finale, ils seront deux en demi-finales. Des trois Français encore en course mardi dans le sprint hommes en ski de fond lors de ces Jeux d'hiver, il n'en reste plus que deux. Si Renaud Jay a vu ses espoirs de médaille s'envoler en quarts, Lucas Chanavat et Richard Jouve, en revanche, peuvent continuer de rêver au podium, et même pourquoi pas à une médaille d'or qui viendrait s'ajouter à celle décrochée un peu plus tôt par Quentin Fillon Maillet sur l'individuel hommes du biathlon. Champion du monde et champion olympique en titre, le Norvégien Johannes Klaebo n'a laissé que des miettes pour le moment à ses concurrents. Il continue donc de s'inscrire comme l'immense favori pour le titre olympique. Dans le premier quart de finale au programme, le meilleur spécialiste de la planète a nettement devancé tous ses concurrents. Jay était également de ce premier quart extrêmement relevé. Malheureusement pour notre représentant, il a été victime d'une chute dans l'emballage final qui est venue ruiner ses chances de qualification. Le quart de finale suivant a vu Chanavat, meilleur temps des qualifications, terminer deuxième derrière l'Italien Federico Pellegrino. Toutefois, l'aisance du Tricolore, en tête durant pratiquement toute la course avant de gérer tranquillement son billet pour la suite, laisse penser qu'il ne devrait pas être très loin d'une médaille. Jouve, s'il ne crée pas l'exploit, semble lui aussi armé pour réussir une très belle performance. Surtout à en croire sa prestation dans le troisième quart de finale, que l'intéressé s'est même permis de remporter à l'issue d'un sprint à trois de toute beauté. Qualifié lui aussi, Jouve se frottera en demi-finales à son compatriote Chanavat mais aussi au monstre Klaebo ainsi qu'au Russe Sergey Ustiugov, lui aussi cité parmi les médaillés d'or potentiels. Des quatre hommes, seuls trois se hisseront sur la dernière marche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.