"Porte-drapeau, c'est énorme !" pour Kevin Rolland

"Porte-drapeau, c'est énorme !" pour Kevin Rolland©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le jeudi 27 janvier 2022 à 19h17

Nommé porte-drapeau de la délégation tricolore pour les Jeux olympiques de Pékin en compagnie de Tessa Worley, Kevin Rolland, qui avait frôlé la mort en 2019, revient de loin et savoure "cette énorme revanche sur la vie".



Il n'aurait jamais cru pouvoir disputer à nouveau les JO. Car Kevin Rolland, désigné porte-drapeau de la délégation tricolore pour les Jeux de Pékin mercredi avec Tessa Worley, a été victime d'un terrible accident au printemps 2019 dans les Alpes, alors qu'il tentait de battre le record du monde du saut le plus haut depuis un « quater pipe » (tremplin en forme de quart de tube). Retombé à côté de l'air bag de sécurité après un saut à douze mètres, il s'était fracturé le bassin, et avait été aussi sévèrement touché aux côtes et aux poumons ainsi qu'au pancréas.

"De retour parmi les vivants pour cette troisième olympiade"

"Quand je me suis réveillé après plusieurs jours de coma, on m'a dit que le ski c'était terminé. Participer aux JO, c'est incroyable et une énorme revanche sur la vie. Être en plus porte-drapeau, c'est énorme !", a-t-il réagi jeudi sur RMC. Médaillé de bronze en halfpipe à Sotchi en 2014, il n'avait pu faire mieux que onzième à Pyeongchang quatre ans plus tard, mais avec un dos en miettes suite à une chute. Et il ne compte pas faire de la figuration à Pékin, et prend à cœur son rôle : "Je suis de retour parmi les vivants pour cette troisième olympiade. J'ai de l'expérience sur les grands rendez-vous, donc on va essayer de partager cette expérience pour aller chercher des médailles."

Et à 32 ans, le natif de Bourg-Saint-Maurice, ancien champion du monde de halfpipe et multiple vainqueur aux X-Games, savoure cette "énorme reconnaissance, surtout pour un sport comme le mien. J'ai l'habitude de dire qu'on était les pestiférés des sports d'hiver il y a quelques années. Aujourd'hui, être free-styleur et porte-drapeau, c'est beau."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.