Patinage artistique (F) : Valieva positive mais pas suspendue, le CIO va faire appel

Patinage artistique (F) : Valieva positive mais pas suspendue, le CIO va faire appel©panoramic, Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le vendredi 11 février 2022 à 06h10

L'Agence antidopage internationale a confirmé dans un communiqué que la prodige russe du patinage artistique Kamila Valieva (15 ans), sacrée championne olympique par équipes lundi dernier à Pékin, a bel et bien été testée positive à un produit interdit en décembre. Elle a été suspendue provisoirement mardi, mais la suspension a été levée mercredi. Mais le CIO va faire appel d'ici mardi prochain, date du programme court de l'épreuve individuelle féminine.


Communiqué de l'Agence antidopage internationale (ITA) :

Tout d'abord, l'ITA souligne que Mme Kamila Valieva, membre de la délégation du Comité olympique russe (ROC) à Pékin, est une mineure et donc une « personne protégée » en vertu du Code mondial antidopage - ce statut s'applique aux personnes âgée de moins de 16 ans. En tant que telles, les parties ne sont pas soumises à la divulgation publique obligatoire de son nom ou de toute affaire dans laquelle elle pourrait être impliquée, mais toute divulgation publique doit être proportionnée aux faits et circonstances de l'affaire. Voyant que certains médias ne lui ont pas accordé la même protection et ont largement communiqué sur la base d'informations non officielles suite au report de la cérémonie de remise des médailles de l'épreuve par équipes de patinage artistique aux Jeux Olympiques d'hiver de Pékin 2022, l'ITA reconnaît la nécessité d'apporter des informations officielles en raison de l'intérêt accru du public. Pour énoncer les faits chronologiquement, un échantillon de l'athlète a été prélevé sous l'autorité de contrôle et l'autorité de gestion des résultats de l'Agence antidopage russe (RUSADA) le 25 décembre 2021 lors des Championnats russes de patinage artistique à Saint-Pétersbourg, en Russie. Le laboratoire accrédité par l'AMA de Stockholm, en Suède, a signalé que l'échantillon avait renvoyé un résultat d'analyse anormal (RAA) pour la substance interdite non spécifiée, la trimétazidine (classée S4 : modulateurs hormonaux et métaboliques selon la liste des interdictions du Code de la lutte antidopage) le 8 février 2022. Suite à cela, l'athlète a été provisoirement suspendue par RUSADA avec effet immédiat.

Conformément à l'article 15 des règles antidopage du CIO applicables aux Jeux Olympiques d'hiver de Pékin 2022, la décision de RUSADA imposant une suspension provisoire a automatiquement interdit à l'athlète de participer à tous les sports pendant la suspension provisoire, y compris les Jeux Olympiques d'hiver de Pékin 2022. L'échantillon ayant été prélevé par RUSADA avant les Jeux d'hiver, cette affaire ne relève pas de la compétence du CIO et n'est donc pas directement gérée par l'ITA. Conformément aux règles antidopage du CIO, l'ITA a immédiatement informé l'athlète que la suspension provisoire qui lui a été imposée par la RUSADA lie le CIO et que l'athlète est empêchée de concourir, de s'entraîner ou de participer à toute activité pendant la durée de la Jeux olympiques d'hiver. En raison du fait qu'il ne s'agit pas d'un cas relevant de l'autorité du CIO et compte tenu de son statut susmentionné de personne protégée, l'ITA s'est abstenue de divulguer publiquement l'affaire suite à la notification afin de protéger l'identité de l'athlète en tant que mineure et de veiller à ce que toutes les mesures nécessaires à son intégrité physique et mentale puissent être mises en œuvre. Pendant tout ce temps, toutes les procédures judiciaires en bonne et due forme ont été engagées.

L'athlète a contesté l'imposition de la suspension provisoire devant la commission disciplinaire antidopage de la RUSADA le 9 février 2022 et une audience a eu lieu le même jour. Dans la soirée du 9 février, la commission disciplinaire antidopage de la RUSADA a décidé de lever la suspension provisoire de l'athlète, lui permettant ainsi de poursuivre sa participation aux Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022. La décision motivée, y compris les motifs pour lesquels la suspension provisoire a été levée, sera communiquée prochainement à toutes les parties concernées. En vertu du Code mondial antidopage, l'Agence mondiale antidopage (AMA), l'Union internationale de patinage (ISU), RUSADA et le CIO ont le droit de faire appel de la décision de lever la suspension provisoire devant le Tribunal arbitral du sport ( CAS). Le CIO exercera son droit de faire appel et de ne pas attendre la décision motivée de RUSADA, car une décision est nécessaire avant la prochaine compétition à laquelle l'athlète doit participer (l'épreuve individuelle de patinage, le 15 février 2022).

Suite à la délégation du programme antidopage du CIO en relation avec les Jeux Olympiques à l'ITA, l'ITA dirigera l'appel devant le TAS au nom du CIO. La procédure sur le fond de la violation apparente des règles antidopage, y compris le droit de l'athlète de demander l'analyse de l'échantillon B, sera poursuivie par RUSADA en temps voulu. La décision sur les résultats de l'équipe de Russie dans l'épreuve de patinage artistique par équipe ne peut être prise par l'ISU qu'après qu'une décision finale sur tous les mérites de l'affaire a été prise. La procédure, qui est engagée actuellement, ne peut porter que sur la suspension provisoire. Étant donné que la procédure judiciaire pour cette affaire n'est pas définitivement terminée, l'ITA ne fournira aucun commentaire supplémentaire. Toute autre information sur l'affaire sera publiée sous la forme d'une déclaration publique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.