Les athlètes ukrainiens devront éviter les Russes à Pékin

Les athlètes ukrainiens devront éviter les Russes à Pékin©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 02 février 2022 à 19h18

Alors que la situation est toujours très tendue à la frontière entre les deux pays, le gouvernement ukrainien a demandé à ses athlètes de ne fraterniser avec les Russes à Pékin lors des Jeux d'hiver (4-20 février).



Si la Russie nie toute intention belliqueuse, Moscou a déployé ces derniers mois des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne, ainsi que des renforts militaires en Biélorussie. De quoi inquiéter la communauté internationale, alors que la Russie avait annexé la Crimée, péninsule ukrainienne, en 2014 après une révolution pro-occidentale à Kiev. Une insurrection de séparatistes pro-russes avait ensuite éclaté dans l'est du pays, et le conflit a fait depuis plus de 13 000 morts. Et alors que les puissances occidentales demandent aux Russes de garantir qu'ils ne prévoient pas d'envahir l'Ukraine, le conflit s'invite également aux Jeux d'hiver, qui vont avoir lieu en Chine du 4 au 20 février. Lors du dernier Euro, c'est le maillot des Ukrainiens, finalement modifié, qui avait créé des tensions avec la Russie.

"C'est un pays avec lequel nous sommes en guerre"

Vadym Gouttsaït, le ministre des Sports ukrainiens, a ainsi demandé à ses athlètes de ne pas fraterniser avec les Russes, même s'il "trouve cela très dommage" : "Je comprends que des amitiés datant de plusieurs années lient nos sportifs, qui s'entraînent ensemble. Mais il faut comprendre que, lors des compétitions, ce sont des concurrents, et c'est un pays avec lequel nous sommes en guerre", a-t-il confié au site Tribuna.ua, expliquant qu'il ne pouvait pas "obliger" les athlètes ukrainiens à se conduire de la sorte. "Nous avons tenu une visioconférence sur le patriotisme et donné des recommandations sur la manière dont se conduire : ne pas se tenir à côté des sportifs russes, ne pas se prendre en photos avec eux, a-t-il encore déclaré. Cela fait huit ans que c'est la guerre et la situation s'envenime encore à la frontière, nos athlètes doivent donc vraiment contrôler leurs émotions dans de telles situations."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.