Le TQO du curling déprogrammé à cause d'une pub osée

Le TQO du curling déprogrammé à cause d'une pub osée©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 07 décembre 2021 à 15h19

Le tournoi de qualification olympique du curling fait polémique et a notamment dû être déprogrammé au Japon, en raison d'une publicité pour une marque de sex-toys sur la glace.



C'est à Leeuwarden, au nord-est des Pays-Bas, que se déroule, du 5 au 18 décembre, le tournoi de qualification olympique du curling afin de déterminer les trois dernières équipes qualifiées chez les dames et chez les messieurs, ainsi que les deux dernières nations qui participeront à l'épreuve mixte en février prochain à ces Jeux de Pékin qui vont être boycottés diplomatiquement par les Etats-Unis. Un TQO déjà marqué par une drôle de polémique. Car la chaîne nippone NHK, qui devait initialement diffuser toutes les rencontres de double mixte, y a pour l'instant renoncé, en raison de la présence sur la glace de la patinoire du logo du fabricant néerlandais de sex-toys Easy Toys ! NHK veut appeler "à la prudence quant aux contenus qui peuvent avoir un effet sur les mineurs. Et il y avait un risque que cela ne contrevienne au bon goût", a précisé un porte-parole de la chaîne à l'AFP, expliquant par ailleurs avoir pris contact avec la Fédération internationale de curling pour trouver une solution "permettant de reprendre la diffusion dès que possible".

La fédération néerlandaise risque gros

Du côté de l'organisation, c'est l'effarement. "Nous avions des accords clairs avec la Fédération internationale de curling, déclare à NL Times Dagmar van Stiphout, en charge de ce TQO néerlandais. Ils savent qui sont nos partenaires, et nous avons une autorisation. Nous avons agi avec beaucoup de prudence. Et nous découvrons maintenant que plusieurs diffuseurs disent qu'ils ne peuvent plus diffuser les matchs." Pour le directeur de la patinoire, "certains pays, comme le Japon et les Etats-Unis, peuvent trouver cela stressant. Mais ils auraient dû le savoir avant, et il y a soudainement eu un malaise vendredi. Mais ça nous plaît : maintenant, tout le monde aux Pays-Bas sait que Leeuwarden a une patinoire. Sauf que c'est moins drôle pour la fédération, parce que si plusieurs pays ne diffusent pas la compétition, ils vont perdre des millions." Reste désormais à voir si une solution va pouvoir être trouvée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.