Le record n'était pas un objectif pour Marit Bjoergen

Le record n'était pas un objectif pour Marit Bjoergen©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 18 février 2018 à 02h40

Victorieuse du relais 4x5km avec la Norvège, Marit Bjoergen a égalé Ole Einar Bjoerndalen avec sa 13eme médaille olympique, mais ce n'était pas une priorité pour elle.

Le relais 4x5km féminin remporté par la Norvège ce samedi à Pyeongchang a permis à Marit Bjoergen d’égaler une autre légende du sport norvégien, Ole Einar Bjoerndalen avec une 13eme médaille olympique à son crédit, pour son septième titre dans les Jeux d’hiver. Mais, pendant la course, ce record était bien loin de ses préoccupations. « Je n’y avait certainement pas pensé. Quand vous êtes un athlète toujours en activité, vous regardez devant vous et ne pensez pas à ce que vous avez réalisé, a déclaré face à la presse la Norvégienne. Vous ne pensez qu’à la course qui arrive et vous concentrez dessus. Comme je l’ai déjà dit par le passé, je ne regarderai derrière moi et apprécierai ce que j’ai réalisé qu’une fois que ma carrière sera terminée. »

Bjoergen : « Je n’arrive pas à comprendre... »

Mais ce nouveau titre olympique, qui lui permet de devenir la deuxième femme la plus médaillée aux Jeux Olympiques derrière la gymnaste soviétique Laissa Latynina et ses 18 médailles dont neuf titres, il n’a pas été facile à aller chercher. Lancée dans le dernier relais par Ragnhild Haga avec plus de trois secondes de retard sur la tête de course et la Suède, Marit Bjoergen avait l’espoir de revenir, mais sans certitude. « Les autres filles m’ont mises dans une bonne position mais c’était quelque chose de nouveau pour moi, a assuré la Norvégienne. Par le passé, je ne pouvais compter que sur moi pour être aux avant-postes mais j’ai dû essayer d’attaquer tout au long de la course et je savais que je pouvais le faire si j’étais dans un bon jour. J’ai pensé que ça allait être difficile quand j’ai eu Stina Nilsson dans mes skis dans le dernier tout donc je suis heureuse. Je n’arrive pas à comprendre comment j’ai pu le faire. » Une performance majuscule qui a permis à la Norvège de confirmer sa mainmise sur le ski de fond.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU