Le CIO face au harcèlement sexuel

Le CIO face au harcèlement sexuel©Media365

Antoine Poussin, publié le lundi 05 février 2018 à 16h22

Dans le cadre des prochains Jeux Olympiques d'hiver, le Comité international olympique (CIO) va mettre en place une cellule d'aide aux victimes face au harcèlement sexuel. Un médecin de l'équipe de gymnastique américaine a récemment été condamné pour agressions sexuelles sur des sportives.

Stop au harcèlement sexuel ! Le Comité international olympique (CIO) va prendre des mesures pour lutter contre ce fléau lors des prochains Jeux olympiques de Pyeongchang. Il a été ainsi décidé qu'une cellule d'aide aux victimes va être mise en place. Quatre lieux seront ainsi ouverts pour apporter un soutien médical et psychologique à ces victimes. Le but étant de « renforcer la prise de conscience » selon Susan Greinig, qui travaille au sein de la direction médicale de l'instance olympique depuis 1987. « Nous devons renforcer la prise de conscience afin de protéger les sportifs et les aider à éviter ou gérer toute situation », a-t-elle déclaré. « Les fédérations peuvent constater à quel point de telles pratiques peuvent détruire le sport. Nous perdons des sportifs talentueux et c'est un vrai désastre de voir des sportifs renoncer à leur carrière » ajoute-t-elle. Le CIO pourra également ouvrir une procédure disciplinaire contre l'auteur des faits, avec des sanctions allant du simple avertissement au retrait de l'accréditation.

Un prédateur sexuel cachéCette mesure a été prise à la suite d'une récente condamnation d'un médecin américain, Larry Nassar. Ce dernier était en charge des gymnastes olympiques américaines et a travaillé de 1994 à 2016 au sein de multiples organisations sportives comme la fédération américaine de gymnastique (USA Gymnastics), le comité olympique américain (Usoc) ou encore l'Université d'état du Michigan (MSU). Il a été condamné ce lundi pour la troisième fois, à une peine allant de 40 à 125 ans de prison. Au total, ce sont plus de 265 victimes qui ont été identifiées suite à cette affaire. Environ 160 sportives se seraient prononcées devant le tribunal de Lansing (Michigan), pour dénoncer les agissements du Docteur Nassar.

Le CIO non-responsable selon BachSi le président du CIO Thomas Bach a salué le courage des victimes à venir témoigner et leur a envoyé un soutien moral, il réfute néanmoins la responsabilité du CIO dans cette affaire. En effet, Bach a déclaré que « Le CIO ne nomme pas les membres de l'équipe olympique américaine, c'est une prérogative de l'USOC » . Des enquêtes internes ont été ainsi ouvertes par l'USOC, mais aussi par l'Université de Michigan, pour déterminer comment l'ostéopathe a pu agir de cette façon pendant des années, sans aucune condamnation, malgré plusieurs plaintes déposées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.